Comité Laïcité République

La laïcité n’est pas une opinion, c’est la liberté d’en avoir une.

Communiqué du Comité Laïcité République

Soutien au directeur de l’IUT de Saint-Denis

"Le CLR demande que le directeur de l’IUT de Saint-Denis qui vit une situation inacceptable depuis plus d’un an, soit protégé dans l’exercice de ses fonctions."

Lire la suite ...

Communiqué du Comité Laïcité République

Laïcité : des réaffirmations bienvenues (5 fév. 15)

"Le Comité Laïcité République [...] apportera tout son concours à la mise en oeuvre concrète de l’ensemble de ces engagements présidentiels. Les actes doivent désormais incarner clairement ces affirmations, sauf à provoquer une fois encore la désillusion."

Lire la suite ...

Communiqué du Comité Laïcité République

Discrimination positive : un très mauvais signal (27 jan. 15)

"La discrimination positive et son corollaire, les statistiques ethno-raciales, s’inscrivent bien [...] dans une conception étrangère et même opposée aux principes républicains, qui récusent les distinctions juridiques fondées sur les origines."

Lire la suite ...

Communiqué du Comité Laïcité République

Citoyenneté et transmission des valeurs de la République (24 jan. 15)

"Les républicains se reconnaissent globalement dans le courage qui inspire ces nouvelles mesures et le CLR contribuera à cette mobilisation au service de la République, de son Ecole et de ses valeurs."

Lire la suite ...

Communiqué du Comité Laïcité République

Laïcité : une volonté politique rassurante qui doit se traduire en actes (22 jan. 15)

Pour qu’au "ne pas faire de vague", souvent bien intentionné, succède un "ne pas laisser passer", la volonté exprimée par le gouvernement ouvre la voie d’un indispensable ressourcement républicain.

Lire la suite ...

Communiqué de J. Glavany, P. Kessel et F. Laborde

Observatoire de la Laïcité : des propositions angéliques, cosmétiques, voire antilaïques (15 jan. 15)

Jean Glavany, Patrick Kessel et Françoise Laborde sont membres de l’Observatoire de la Laïcité.

"Ce qui frappe, c’est le décalage entre ce document et la force des convictions affirmées par le Président de la République ces derniers jours et par le Premier ministre dans son discours admirable mardi dernier à l’Assemblée Nationale."

Lire la suite ...

Charb (1967 - 2015)

Charb (3e à g.), Président du jury du Prix de la Laicité 2012.
Charb (3e à g.), Président du jury du Prix de la Laicité 2012.

Charb, président du jury, lors de la remise du Prix de la Laïcité, le 8 octobre 2012 à l’Hôtel de ville de Paris : « J’ai moins peur des extrémistes religieux que des laïques qui se taisent. »

Mis en ligne : 8 janvier 2015

Voir toutes les UNE…

Derniers articles

"Laïcité, une valeur menacée ?" (Marianne)... mais défendue ! - Note de lecture par Patrick Kessel, président du Comité Laïcité République. - 26 février

Note de lecture

"Laïcité, une valeur menacée ?" (Marianne)... mais défendue ! par Patrick Kessel, président du Comité Laïcité République. - 26 février

Il faut être aveugle pour oser affirmer que "la France n’a pas de problème avec sa laïcité" [1]. Contournements de la loi de séparation, revendications communautaristes dans les écoles, les hôpitaux, l’ensemble des services publics, les crèches, les universités, les entreprises, "territoires perdus" en témoignent. La laïcité est menacée et avec elle la paix sociale, la citoyenneté pierre de base de la République. Il n’empêche, les tenants du modèle multi-culturel, du communautarisme en lieu et place de l’universalisme républicain, persistent dans leur entreprise de démolition, au lendemain même des attentats barbares qui ont frappé la République au coeur, révélant la profonde déchirure culturelle et identitaire du pays [2]. Eric Conan, qui a rassemblé les textes précieux de ce numéro spécial de Marianne et (...)

Soumission de Houellebecq : une caricature qui interpelle - Note de lecture par Patrick Kessel, président du Comité Laïcité République - 25 février

Note de lecture

Soumission de Houellebecq : une caricature qui interpelle par Patrick Kessel, président du Comité Laïcité République - 25 février

Houellebecq est-il raciste, antimusulman, fasciste ? L’accusation est tombée, sans appel, à l’occasion de la sortie de son dernier ouvrage Soumission. En quelques jours, ce roman s’est trouvé inscrit à l’Index comme au temps de l’Inquisition, l’auteur jeté sur les bûchers de la Communication, son nom excommunié de la République médiatique. Fallait-il que le roman touche à des peurs et à des non-dits pour que cet auteur adulé, d’un coup devienne pestiféré. Qu’imagine Houellebecq dans ce conte voltairien mais faussement candide ? Un scénario de politique-fiction incongru et improbable dont, selon la formule consacrée, la ressemblance avec des évènements ou des personnages réels ne serait que pure coïncidence ! Qu’on en juge. Le décor ? des cités "chaudes", des islamistes qui ont les moyens de faire régner (...)

Conférence : « Laïcité et Première Guerre mondiale (1914-1923) » avec Dominique Lejeune (CLR IdF, Paris, 17 mars 15) - CLR Ile-de-France Docteur en Histoire, professeur des universités. - 25 février

CLR Ile-de-France

Conférence : « Laïcité et Première Guerre mondiale (1914-1923) » avec Dominique Lejeune (CLR IdF, Paris, 17 mars 15) Docteur en Histoire, professeur des universités. - 25 février

Le Comité Laïcité République Paris-Ile de France vous invite à une Conférence de Dominique Lejeune « Laïcité et Première Guerre mondiale (1914-1923) » Salle des fêtes de la Mairie (1896) du 10e arrondissement de Paris 72, rue du Faubourg Saint-Martin Mardi 17 mars 2015 à 18h30 La Belle Époque, c’est la construction de la Salle des Fêtes de la mairie (!), mais pour notre propos c’est la loi de Séparation des Églises et de l’État et c’est un renouveau chrétien et nationaliste. Que va en faire la Grande Guerre ? Que vont en faire les Églises ? Qu’est-ce que la « rumeur infâme » ? L’Union sacrée et la défense de la « civilisation » seront rappelées, la laïcité sera mesurée à l’aune de la « culture de guerre » et de la mortalité, mais aussi de la paix de 1919-1923. Docteur en Histoire, docteur ès Lettres et (...)

Conférence « La laïcité et la République au cœur des enjeux de société », avec Patrick Kessel (CLR Pays viennois, Vienne, 17 mars 15) - CLR Pays viennois Patrick Kessel, Président du Comité Laïcité République - 24 février

CLR Pays viennois

Conférence « La laïcité et la République au cœur des enjeux de société », avec Patrick Kessel (CLR Pays viennois, Vienne, 17 mars 15) Patrick Kessel, Président du Comité Laïcité République - 24 février

CLR Pays viennois Après les attentats barbares de janvier « La laïcité et la République au cœur des enjeux de société » Conférence de Patrick KESSEL Président national du Comité Laïcité-République Le mardi 17 mars 2015 à 19h30 au Théâtre de Vienne 4 rue Chantelouve Participation aux frais : 5,00 € Renseignements : 06 07 08 88 31 /06 85 76 12 54

Pourquoi deux chartes pour la laïcité ? (E. Khaldi) - Contribution Par Eddy Khaldi, militant syndicaliste et associatif. - 23 février

Contribution

Pourquoi deux chartes pour la laïcité ? (E. Khaldi) Par Eddy Khaldi, militant syndicaliste et associatif. - 23 février

« Travailler à faire connaitre la Bonne nouvelle du Salut » car « c’est le Christ qui est […] le fondement du projet éducatif de l’école catholique » [3]. Tels sont les objectifs assignés par la conférence des évêques transcrit dans le statut de l’enseignement catholique publié en juin 2013. Ceux-ci confirment, s’il en était besoin, leur incompatibilité avec le principe de laïcité réaffirmé et encadré en octobre 2013 par la « Charte de la laïcité à l’école » du ministère de l’éducation nationale. Comme à l’accoutumé montent à l’assaut les soutiens, les plus divers du communautarisme et libéralisme scolaires : « Faut-il s’inquiéter de la charte de la laïcité dans les écoles ? », La Vie et la Croix 30 aout 2013 ; « Laïcité à l’école : la charte liberticide de Peillon » [4] le Salon beige 3 septembre 2013 ; « La charte (...)

"Danemark : un modèle en question" (marianne.net , 16 fév. 15) - Revue de presse - 22 février

Revue de presse

"Danemark : un modèle en question" (marianne.net , 16 fév. 15) - 22 février

[...] Au Danemark, si la Constitution établit une différence entre l’Eglise et l’Etat et garantit la liberté religieuse, il n’y a pas à proprement parler de « séparation de l’Eglise et de l’Etat ». L’Eglise Luthérienne a statut de religion d’Etat. Les citoyens payent d’ailleurs des impôts pour l’église danoise qui, comme en Grèce, tient l’Etat civil. Si l’on n’est pas protestant, on peut demander que son écot soit versé à une autre institution. Néanmoins, les religions minoritaires ne sont pas subventionnées. Ainsi, la première grande mosquée de Copenhague a été financée par le Qatar et n’a été inaugurée qu’en juin 2014, en l’absence de toute représentation politique. La plupart des mosquées construites auparavant étaient financées par l’Arabie saoudite, dont certaines d’obédience salafistes ont apporté publiquement (...)

"Que reste-t-il de "l’esprit du 11 janvier" ?" (E. Conan, marianne.net , 11 fév. 15) - Revue de presse - 22 février

Revue de presse

"Que reste-t-il de "l’esprit du 11 janvier" ?" (E. Conan, marianne.net , 11 fév. 15) - 22 février

Il y a exactement un mois que des millions de Français manifestaient à Paris et en province après les assassinats du 7, 8 et 9 janvier. Manifestaient quoi au fait ? Avec le recul la question se bonifie : ce fut massif mais pas très clair, chacun étant venu avec ses raisons, ses indignations et son point de vue. La dignité et le silence des rassemblements étaient leurs seuls points communs, accompagnés des trois mots d’ordre alors retenues dans tous les commentaires médiatiques : « Union nationale ! », « Pas d’amalgame ! », « Nous sommes tous Charlie ! ». Trois slogans qui ont mal vieilli. « L’Union nationale » ? La formule doit surtout à la répétition qu’en fit François Hollande, se joignant à l’initiative populaire qui ne l’avait pas attendu pour se rassembler spontanément dès le soir du massacre à Charlie (...)

Marianne (20-26 fév. 15) : "Affirmer nos valeurs, résister ! Face à la terreur" - Le CLR signale - 22 février

Le CLR signale

Marianne (20-26 fév. 15) : "Affirmer nos valeurs, résister ! Face à la terreur" - 22 février

Cette semaine, dans Marianne "Affirmer nos valeurs. Résister ! face à la terreur" Avec notamment "Affirmer nos valeurs, résister ! Face à la terreur" par Eric Conan et Anne Rosencher, p 12 à 18 "Les connards m’ont rattrapée" par Safia Otokoré, p 19 "Comment je suis devenue une minorité protégée" par Martine Gozlan, p 22-23 "IUT de Saint-Denis, les dérives d’un clan" par Arnaud Bouillin, p 24-25 "Les positions démissionnaires" par Alexis Lacroix et Laurent Nunez, p 26 à 29 "Les Européens trouvent toujours une explication pour dédouaner les islamistes" entretien avec Boualem Sansal, p 29 "Après l’horreur, le Danemark se lève" par Laurence Dequay, p 20 à 22 "Une France plus fraternelle, c’est possible !", bonnes feuilles du dernier livre d’Abdennour Bidar, p 66 à 69 "Debout, les athées de la terre !" par (...)

La Ligue de l’enseignement diffuse une contre-Charte de la laïcité (Ufal, 19 fév. 15) - Union des Familles laïques - 22 février

Union des Familles laïques

La Ligue de l’enseignement diffuse une contre-Charte de la laïcité (Ufal, 19 fév. 15) - 22 février

"Alors que la Charte de la laïcité, voulue par Vincent Peillon en 2013, n’est même pas encore affichée dans tous les établissements scolaires (« pour ne pas avoir d’histoires »), voilà que la Ligue de l’Enseignement a produit apparemment sa propre version, soigneusement édulcorée, mais suffisamment ressemblante avec l’original (affichée notamment sur un format identique) pour semer le doute ! Il s’agit en fait d’une véritable charte de substitution pour les établissements : au total 35 000 exemplaires pour affichage auprès des enfants, parents et personnel enseignant, agrémentés de dessins pour aider les pédagogues. Or cette « pseudo-charte » présente à tous une « pseudo-laïcité ». Beaucoup de laïques se sont ainsi indignés de constater, par exemple, que le mot « laïcité » a été systématiquement supprimé des (...)

"Le califat des salauds" (J. Macé-Scaron, Marianne, 4 fév. 15) - Revue de presse - 22 février

Revue de presse

"Le califat des salauds" (J. Macé-Scaron, Marianne, 4 fév. 15) - 22 février

"Religion du Livre, disent-ils. A Mossoul, deuxième ville d’Irak, les suppôts de Daech en ont brûlé, selon Associated Press, près de 2 000 dans un autodafé qui renvoie en ligne directe aux pratiques des nazis dans les années 30. Pour eux, la religion n’a pas besoin de spiritualité. On se souvient que la tombe du prophète Jonas, également à Mossoul, un site archéologique datant du VIIIe siècle av. J.-C., avait été détruite à l’explosif le 24 juillet dernier. La religion n’a pas besoin de sachants. En Afghanistan, les talibans ont planifié puis accompli durant trois ans la destruction systématique de plus de 55 000 livres rares et de grande valeur historique, ne préservant que des textes coraniques. Crimes contre l’esprit, crimes contre l’humanité et qui illustrent la pertinence de la prophétie du poète (...)

J. Glavany : "On doit pouvoir combattre les intégristes sans être qualifié de religiophobe" (marianne.net , 17 fév. 15) - Revue de presse Jean Glavany, député PS des Hautes-Pyrénées, ancien ministre. - 21 février

Revue de presse

J. Glavany : "On doit pouvoir combattre les intégristes sans être qualifié de religiophobe" (marianne.net , 17 fév. 15) Jean Glavany, député PS des Hautes-Pyrénées, ancien ministre. - 21 février

Marianne : Un peu plus d’un mois après les attentats en France, quelques jours après ceux de Copenhague, il en est encore pour remettre en cause la laïcité, appeler à des accommodements. Vous êtes de ceux qui, au contraire, considèrent que la laïcité est plus nécessaire que jamais. Jean Glavany : La laïcité est une règle de vie en commun pour respecter nos différences et, en même temps, apprendre à les dépasser pour construire ce qui est en commun. Les tensions et les violences insupportables que traversent nos sociétés aujourd’hui sont, notamment, le fruit d’attaques intégristes et fondamentalistes contre ce vivre-ensemble et ces valeurs. Face à ces attaques, notre devoir est de défendre ces valeurs, au premier rang desquelles il y a la laïcité. Des responsables politiques de gauche expliquent que des (...)

"Vers un partage de jours fériés entre religions en Outre-mer" (lefigaro.fr , 16 fév. 15) - Revue de presse - 21 février

Revue de presse

"Vers un partage de jours fériés entre religions en Outre-mer" (lefigaro.fr , 16 fév. 15) - 21 février

Malgré les réticences de la majorité, le texte a passé l’étape de l’Assemblée nationale. Dans la nuit de samedi à dimanche, un amendement à la loi Macron prévoyant le partage de jours fériés entre différentes religions en Outre-mer a été adopté par les députés. Il prévoit que certains jours fériés inspirés de fêtes catholiques puissent être remplacés par des célébrations, à d’autres dates, liées par exemple aux religions musulmane, hindoue, ou à des événements historiques locaux. La mesure était proposée par le groupe de dialogue interreligieux de La Réunion. « Ce n’est pas une idée qui arrive du jour au lendemain », explique au Figaro Ericka Bareigts, députée socialiste de La Réunion ayant porté l’amendement avec cinq autres députés d’Outre-Mer. « C’est un sujet réfléchi et débattu depuis quarante ans à La Réunion. » Pour (...)

"Allemagne : un expatrié français athée obligé de payer des impôts à cause de son baptême" (francetvinfo.fr , 15 fév. 15) - Revue de presse - 21 février

Revue de presse

"Allemagne : un expatrié français athée obligé de payer des impôts à cause de son baptême" (francetvinfo.fr , 15 fév. 15) - 21 février

"Athée, mais pourtant obligé de payer l’impôt sur les cultes en Allemagne. C’est la mésaventure vécue par Thomas Bores, un Français expatrié à Berlin, et racontée sur son site. Selon lui, les autorités religieuses en France ont transmis, sans le prévenir, son certificat de baptême aux autorités religieuses allemandes. Lors de son arrivée dans la capitale allemande, en 2013, il a suivi la procédure normale et obligatoire pour un expatrié en s’inscrivant au Bürgeramt (le centre d’accueil des citoyens). Dans les documents qu’il doit remplir, on lui demande sa religion. Une question classique puisqu’en Allemagne, les communautés religieuses ont le droit de soumettre leurs membres à l’impôt sur la religion. "Étant athée convaincu et n’ayant jamais eu affaire à l’Eglise, à part pour mon baptême (qui n’était pas (...)

H. Pena-Ruiz : "Concordat : au nom du ciel, des privilèges terrestres" (Libération, 19 fév. 15) - Revue de presse Henri Pena-Ruiz, philosophe, ancien membre de la commission Stasi, auteur de « Dictionnaire amoureux de la laïcité » (Plon). - 21 février

Revue de presse

H. Pena-Ruiz : "Concordat : au nom du ciel, des privilèges terrestres" (Libération, 19 fév. 15) Henri Pena-Ruiz, philosophe, ancien membre de la commission Stasi, auteur de « Dictionnaire amoureux de la laïcité » (Plon). - 21 février

"Au lieu de réaffirmer la laïcité, certains parlent aujourd’hui de l’affaiblir encore un peu plus en s’inspirant du concordat qui sévit encore en Alsace-Moselle. Ils ne veulent pas voir qu’avec la liberté de conscience, l’égalité de droits des croyants et des athées est essentielle. Ce principe républicain requiert la disparition des privilèges des religions, donc l’abrogation du concordat et non son extension. Quelques repères historiques. Le 9 décembre 1905, Marianne se sépare de Dieu. Non pour lui faire la guerre, mais pour s’émanciper de sa tutelle, tout en le libérant de son contrôle. La République reconduit, ainsi, la religion à sa vocation revendiquée de démarche spirituelle qui n’engage que ses fidèles. Elle met à égalité les divers croyants, les athées et les agnostiques, et s’élève à l’universel en (...)

P. Kessel à Nancy : "On est au pied du mur" (L’Est républicain, 5 fév. 15) - Revue de presse Patrick Kessel, président du Comité Laïcité République. - 19 février

Revue de presse

P. Kessel à Nancy : "On est au pied du mur" (L’Est républicain, 5 fév. 15) Patrick Kessel, président du Comité Laïcité République. - 19 février

"Patrick Kessel, président du Comité laïcité République, hier, au caveau de l’Excelsior « On est au pied du mur »"

"Universités : la laïcité en péril ?" (itele, 12 fév. 15) - Revue de presse / vidéo - 19 février

Revue de presse / vidéo

"Universités : la laïcité en péril ?" (itele, 12 fév. 15) - 19 février

"Le Grand Décryptage de ce jeudi soir était consacré à la question de la laïcité dans les universités françaises. Pour en débattre, Olivier Galzi a reçu Geneviève Fioraso, Secrétaire d’Etat à l’Enseignement supérieur, Jean-Loup Salzmann, président de l’université Paris 13, Guylain Chevrier, enseignant et auteur de "Faire vivre la laicité", et Jean-Claude Radier, avocat et ex-enseignant de droit à Paris 13 qui a été suspendu pour avoir refusé de faire cours devant une élève voilée." Voir "Universités : la laïcité en péril ?".

"Waleed al-Husseini. Fier d’être apostat" (Libération, 18 fév. 15) - Revue de presse Waleed Al-Husseini, Conseil des ex-musulmans de France, auteur de « Blasphémateur ! Les prisons d’Allah » (Grasset). - 19 février

Revue de presse

"Waleed al-Husseini. Fier d’être apostat" (Libération, 18 fév. 15) Waleed Al-Husseini, Conseil des ex-musulmans de France, auteur de « Blasphémateur ! Les prisons d’Allah » (Grasset). - 19 février

Waleed al-Husseini ne tremble pas. Pour prouver que ses dix mois dans une geôle palestinienne ne lui ont pas laissé de séquelles, il tend ses bras à l’équerre par-dessus les assiettes de mezzé. Il a cette drôle d’expression, « torture douce », pour décrire les sévices qui ne laissent pas de traces, l’interrogatoire suspendu au plafond par un bras, l’obligation de se tenir debout sur une jambe pendant un mois, la privation de sommeil. Ce beau garçon de 25 ans, réfugié politique en France, n’est pas musulman. Ou plutôt, il ne l’est plus. Après des années passées à étudier, seul, la théologie, l’histoire et les penseurs arabes, il a conclu que les religions ont été inventées pour servir des intérêts politiques et que l’athéisme est la seule solution raisonnable pour un esprit éclairé. Quand on a été bercé par (...)

"Cette laïcité qui bouscule tout le paysage politique" (lesechos.fr , 5 fév. 15) - Revue de presse - 19 février

Revue de presse

"Cette laïcité qui bouscule tout le paysage politique" (lesechos.fr , 5 fév. 15) - 19 février

Quand un mot ne peut plus sortir qu’accompagné d’un adjectif, c’est le signe qu’il est perdu. Vidé de sens. La laïcité est de ceux-là. Prononcé dans toutes les bouches depuis les attentats des 7 et 9 janvier, mot mantra, « cri comme un exorcisme » selon le sociologue Jean Viard, mot gilet de sauvetage auquel on se raccroche, mais sans savoir ce qu’on y met derrière. Laïcité « ouverte », dit le sociologue Jean Beaubérot ; laïcité « inclusive », décline François Kalfon, au PS ; laïcité « coercitive », plaide au contraire Xavier Bertrand à l’UMP. La liste est longue. Gauche et droite se retrouvent dans le même questionnement. Persuadées qu’il n’y a pas mieux pour assurer le « vivre ensemble » que ce principe typiquement français, qui cantonne la religion à la sphère privée. Mais bousculées par l’incompréhension qu’il (...)

"Soufiane Zitouni. L’islamisme, ça soufi" (Libération, 18 fév. 15) - Revue de presse Soufiane Zitouni, ancien professeur de philosophie au lycée Averroès à Lille. - 19 février

Revue de presse

"Soufiane Zitouni. L’islamisme, ça soufi" (Libération, 18 fév. 15) Soufiane Zitouni, ancien professeur de philosophie au lycée Averroès à Lille. - 19 février

Inconnu il y a deux semaines, Soufiane Zitouni, professeur de philosophie du lycée Averroès, a mis le feu aux poudres en publiant, le 6 février dans Libération, une tribune dans laquelle il explique les raisons de sa démission. Depuis, il y a eu deux morts à Copenhague, vingt et un coptes massacrés en Libye, une actualité fulgurante, un siècle de barbarie. Il y a deux semaines, une comète passait dans le ciel de cette frénésie médiatique. Celui qui dénonce un « antisémitisme culturel » au lycée musulman sous contrat de Lille et le double langage d’une direction qui diffuserait un « mélange malsain et dangereux de religion et de politique » est pour certains un « imposteur vaniteux », pour d’autres un défenseur des valeurs républicaines. [...] Alors, « hussard noir » ou « faux héros » de la République ? A (...)

"Un rapport confirme les dysfonctionnements à l’IUT de Saint-Denis" (lemonde.fr , 14 fév. 15) - Revue de presse - 16 février

Revue de presse

"Un rapport confirme les dysfonctionnements à l’IUT de Saint-Denis" (lemonde.fr , 14 fév. 15) - 16 février

C’est un rapport extrêmement sévère qui doit être remis dans un mois au ministère de l’enseignement supérieur. Rédigé par deux inspecteurs généraux de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR), ce document d’une trentaine de pages revient sur un épisode qui a secoué, au printemps 2014, l ’institut universitaire de technologie (IUT) de Saint-Denis – qui dépend de l’université Paris-XIII-Villetaneuse, et plus particulièrement son département techniques de commercialisation (TC). Les auteurs y décrivent un système clanique, des dysfonctionnements dans la gestion des enseignants et des enseignements ainsi qu’une prise en compte insuffisante de la présidence de l’université. Ils rappellent les intimidations dont a été victime Samuel Mayol, le directeur de l’IUT, du 31 janvier au 15 mai (...)

Abdennour Bidar : "Lettre ouverte au monde musulman" (Marianne, 3 oct. 14) - Revue de presse Abdennour Bidar est philosophe. - 16 février

Revue de presse

Abdennour Bidar : "Lettre ouverte au monde musulman" (Marianne, 3 oct. 14) Abdennour Bidar est philosophe. - 16 février

"[...] Il est indispensable qu’à la face du monde tu proclames ainsi, haut et fort, que l’islam dénonce la barbarie. Mais c’est tout à fait insuffisant. Tu te réfugies dans le réflexe de l’autodéfense sans assumer aussi et surtout la responsabilité de l’autocritique. [...] Pourquoi ce monstre ignoble a-t-il choisi ton visage et pas un autre ? C’est qu’en réalité derrière ce monstre se cache un immense problème, que tu ne sembles pas prêt à regarder en face. Il faudra bien pourtant que tu finisses par en avoir le courage. Ce problème est celui des racines du mal. D’où viennent les crimes de ce soi-disant « Etat islamique » ? Je vais te le dire, mon ami. Et cela ne va pas te faire plaisir, mais c’est mon devoir de philosophe. Les racines de ce mal qui te vole aujourd’hui ton visage sont en toi-même, le (...)

"Attentats djihadistes : "rien à voir" avec l’islam ?" (J. Birnbaum, Le Monde, 12 fév. 15) - Revue de presse - 15 février

Revue de presse

"Attentats djihadistes : "rien à voir" avec l’islam ?" (J. Birnbaum, Le Monde, 12 fév. 15) - 15 février

"Les hommes qui ont commis les attentats de Paris " n’ont rien à voir avec la religion musulmane ", a affirmé François Hollande, le 9 janvier. Ces tueurs n’ont " rien à voir avec l’islam ", a insisté Laurent Fabius, trois jours plus tard. Les paroles du président de la République et du ministre des affaires étrangères, amplifiées par beaucoup d’autres voix, relèvent évidemment d’une intention louable. Elles traduisent la nécessité, bien réelle, de prévenir l’amalgame mortifère entre islam et terrorisme. A bien y réfléchir, pourtant, ces déclarations pourraient être à double tranchant. Car affirmer que les djihadistes n’ont rien à voir avec l’islam, c’est considérer que le monde musulman n’est aucunement concerné par les fanatiques qui se réclament du Coran. C’est donc prendre à revers tous les intellectuels (...)

C. Kintzler : La tolérance est tournée vers la liberté religieuse, la laïcité assure la liberté de conscience (SE-Unsa, 8 fév. 15) - Enseignants de l’Unsa Par Catherine Kintzler, philosophe, auteur de "Penser la laïcité" (Minerve, 2014). - 10 février

Enseignants de l’Unsa

C. Kintzler : La tolérance est tournée vers la liberté religieuse, la laïcité assure la liberté de conscience (SE-Unsa, 8 fév. 15) Par Catherine Kintzler, philosophe, auteur de "Penser la laïcité" (Minerve, 2014). - 10 février

[...] Selon vous, en quoi la laïcité va-t-elle au-delà de la tolérance ? Il faut s’entendre sur le terme « tolérance » qui peut en français désigner une attitude, une disposition. Lorsqu’on met en parallèle laïcité et tolérance, on parle de régimes d’association politique. Le régime de tolérance, théorisé par Locke, est antérieur au régime de laïcité qui a été pensé par un courant de la Révolution française (alors même que le mot « laïcité » n’existait pas encore). On peut dire que la laïcité va au-delà de la tolérance parce qu’elle place le fondement de l’association politique en deçà du point où le place la tolérance. Voyons d’abord cet « en deçà ». Mon collègue Philip Pettit, à l’issue d’une conférence qu’il m’avait invitée à faire à Princeton, a employé une comparaison avec un système de numération que je trouve très (...)

Laïcité et Crise (C. Coutel) - Contribution Par Charles Coutel, universitaire, vice-président du CLR. - 9 février

Contribution

Laïcité et Crise (C. Coutel) Par Charles Coutel, universitaire, vice-président du CLR. - 9 février

Transmettre les valeurs de la République Laïcité et Crise Posons-nous la question suivante : « La laïcité est-elle en crise ? ». Cette question engage une définition moderne et mobilisatrice de la laïcité et nous convie aussi à penser la possibilité de fonder une éthique laïque, tournée vers l’avenir. C’est une invitation à rompre avec l’idée fréquente qu’il y aurait eu un « âge d’or » dont il faudrait avoir la nostalgie. C ’est vers l’avenir et l’espérance qu’il convient de se tourner : les récents événements de Tunisie, d’Egypte ou encore de Libye montrent combien il est essentiel d’y voir clair avec la nature mais aussi les finalités du combat laïc et démocratique. Car ce principe de laïcité est bien fragile et peut être caricaturé sinon dévoyé. Il s’agit donc de penser une éventuelle « crise de la laïcité » à (...)

S. Zitouni : "Pourquoi j’ai démissionné du lycée Averroès" (Libération, 6 fév. 15) - Revue de presse Soufiane Zitouni, ancien professeur de philosophie au lycée Averroès à Lille. - 7 février

Revue de presse

S. Zitouni : "Pourquoi j’ai démissionné du lycée Averroès" (Libération, 6 fév. 15) Soufiane Zitouni, ancien professeur de philosophie au lycée Averroès à Lille. - 7 février

"Depuis la publication de mon texte intitulé « Aujourd’hui, le Prophète est aussi Charlie » dans Libération le 15 janvier [20], il y a eu quelques « rebonds » dans ma vie, et certains d’entre eux, très négatifs, m’ont mené à démissionner du lycée musulman Averroès de Lille, lycée sous contrat avec l’Etat où j’ai tenté d’exercer durant cinq mois éprouvants mon métier de professeur de philosophie. J’ai reçu de nombreux soutiens et remerciements après la publication de ce texte, certains m’ont même parlé de « courage ». Mais pour moi, prendre la plume pour faire entendre ma voix en tant que citoyen français de culture islamique après les horribles attentats contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher était surtout de l’ordre du devoir. Or, le jour même de la publication de ce texte, un proche de la direction de mon lycée (...)

Tous droits réservés © Comité Laïcité République - Maison des associations, 54 rue Pigalle, 75009 Paris Mentions légales