Comité Laïcité République

La laïcité n’est pas une opinion, c’est la liberté d’en avoir une.

Edito du Président

Heureux qui comme Ulysse... Retour à la politique

par Patrick Kessel, président du Comité Laïcité République

"La politique est chose trop sérieuse pour être laissée aux seuls experts. Il appartient aux élus d’incarner cette espérance politique dont l’absence ouvre la voie aux populismes."

Lire la suite ...

Dossier

27 mai 2015 : débat interdit à Saint-Denis

Un groupe d’individus menaçants a empêché la tenue d’une réunion-débat sur la laïcité avec Guylain Chevrier, organisée par l’Observatoire de la laïcité de Saint-Denis le mercredi 27 mai à l’Hôtel de ville. Le Comité Laïcité République apporte son entier soutien à l’Observatoire de la laïcité de Saint-Denis et à Guylain Chevrier face à cette atteinte injustifiable à la liberté d’expression et au débat démocratique.

Lire la suite ...

Communiqué du Comité Laïcité République

Sorties scolaires : le courage ou le pourrissement (11 juin 15)

"Depuis déjà dix ans, la question du port de signes religieux par les parents accompagnateurs de sorties scolaires empoisonne la vie de nombre d’écoles et collèges, place les enseignants et les chefs d’établissements dans des situations complexes et pollue le débat public, pris entre les surenchères des groupes communautaristes et l’exploitation démagogique de l’extrême droite."

Lire la suite ...

Communiqué du Comité Laïcité République

Recensement ethno-religieux de Béziers : la grande hypocrisie (9 mai 15)

"L’initiative prise par un maire d’extrême droite compte de nombreux adeptes dans quasiment tout le champ politique et il est singulier d’entendre aujourd’hui des cris d’orfraie vis-à-vis d’une pratique défendue à droite comme à gauche."

Lire la suite ...

Edito du Président

Charb, reviens, ils sont devenus fous !

par Patrick Kessel, président du Comité Laïcité République.

"Ta lettre arrive à temps, comme une piqûre de rappel à ces apprentis-sorciers qui, croyant lutter contre le racisme, nourrissent le communautarisme et, par réaction, la montée de l’extrême droite."

Lire la suite ...

CLR : Déclaration de principes et bulletin d’adhésion

"La laïcité n’est pas tournée vers le passé mais vers le futur des hommes."

Lire la suite ...

Charb (1967 - 2015)

Charb (3e à g.), Président du jury du Prix de la Laicité 2012.
Charb (3e à g.), Président du jury du Prix de la Laicité 2012.

« J’ai moins peur des extrémistes religieux que des laïques qui se taisent. » Charb, président du jury, lors de la remise du Prix de la Laïcité, le 8 octobre 2012 à l’Hôtel de ville de Paris.

Mis en ligne : 8 janvier 2015

Voir toutes les UNE…

Derniers articles

Rapport 2014-2015 du Collectif laïque (juin 15) - Avec la participation du CLR - 20 août

Avec la participation du CLR

Rapport 2014-2015 du Collectif laïque (juin 15) - 20 août

"La France a été durement frappée, au mois de janvier 2015, par une série d’assassinats odieux mais clairement ciblés. Massacre à Charlie-Hebdo pour « venger le prophète », exécution de policiers chargés de l’ordre républicain, assassinats de citoyens juifs au motif de leur religion : à travers les victimes, qui méritent notre respect, ce sont les principes mêmes, et la pérennité de notre République laïque qui étaient visés. L’immense réaction populaire du 11 janvier fut un véritable sursaut républicain. Le Président de la République, le Premier ministre, les élus à l’unisson, ont témoigné leur attachement aux principes républicains, en premier lieu la laïcité. Le Collectif laïque a dénoncé ces attentats barbares et s’est réjoui du retour annoncé de la laïcité, dont il a souligné qu’elle « reste un principe de (...)

"Les piqûres de révolte de Taslima Nasreen” (lemonde.fr , 13 août 15) - Revue de presse - 20 août

Revue de presse

"Les piqûres de révolte de Taslima Nasreen” (lemonde.fr , 13 août 15) - 20 août

"C’est en 1994 que le monde découvre l’écrivaine Taslima Nasreen. Elle est alors âgée de 32 ans, et une fatwa a été lancée contre elle par des intégristes musulmans, suscitant une émotion internationale. A l’époque, en dehors du Bangladesh, son pays d’origine, et de l’Inde, bien peu de gens ont lu les écrits de celle que les médias s’empressent de surnommer « la Salman Rushdie bangladaise ». Des romans, recueils de poésie et éditoraux dans lesquels elle dénonce l’isolement et l’aliénation des femmes en Asie, maintenues dans un état de quasi-esclavagisme au nom des religions, et notamment de l’islam. « Notre Constitution reconnaît l’égalité entre les sexes. Dans la réalité de nos campagnes, on en est loin : il faut que ça change », martelait-elle en février 1994 aux journalistes venus l’interroger dans son (...)

"ABC de la Laïcité", dir. Eddy Khaldi (Ed. Demopolis) - LIvre Parution le 20 août 2015. - 19 août

LIvre

"ABC de la Laïcité", dir. Eddy Khaldi (Ed. Demopolis) Parution le 20 août 2015. - 19 août

Ouvrage collectif sous la direction d’Eddy Khaldi. Illustrations d’ALF. "Charte de la laïcité à l’Ecole commentée par : Marie Françoise Bechtel, Frédérique De La Morena, Gérard Delfau, Caroline Fourest, Daniel Foulon, Jean Glavany, Sihem Habchi, Patrick Kessel, Catherine Kintzler, Henri Penã Ruiz, Patrick Roumagnac, Jean-Paul Scot, Rémy Schwartz, Alain Seksig, Philippe Tournier." "Le mot laïcité a été élu mot de l’année 2015 par un jury de spécialistes lors du Festival du mot, à la Charité-sur-Loire dans la Nièvre. Pour autant, ses interprétations sont multiples et sa définition l’enjeu de querelles politiques. Si la notion est intelligible, elle n’exclut pas cepen­dant des interprétations divergentes ayant pour but d’infléchir le principe. Cette entreprise de récupération du mot laïcité participe d’une (...)

Droite et gauche jouent au ping-pong avec la laïcité depuis les années 1980 (G. Chevrier, J. Fourquet, atlantico.fr , 16 août 15) - Revue de presse Guylain Chevrier, membre de la mission Laïcité du Haut Conseil à l’Intégration (2010-2013). - 18 août

Revue de presse

Droite et gauche jouent au ping-pong avec la laïcité depuis les années 1980 (G. Chevrier, J. Fourquet, atlantico.fr , 16 août 15) Guylain Chevrier, membre de la mission Laïcité du Haut Conseil à l’Intégration (2010-2013). - 18 août

"Atlantico : Comment a évolué la notion de laïcité au sein de l’opinion publique depuis les années 1980 ? Est-ce désormais une thématique structurante au même titre que le chômage ? Guylain Chevrier : La République au regard de ses différents attributs, dite indivisible, laïque, démocratique et sociale, dans notre Constitution, semblait acquise. Les choses ont commencé à se compliquer avec les premiers voiles apparus à l’école, en juin 1989, accompagnés d’un discours militant remettant en cause la laïcité, télescopant une société française largement sécularisée. L’opinion publique a été au début un peu désorientée, déstabilisée, d’autant plus que le ministre de l’Education nationale de l’époque, Lionel Jospin, représentant un parti pour lequel la laïcité était un marqueur, n’a pas su réagir. On a renvoyé la (...)

"Burkini autorisé, string interdit : des vagues dans les parcs aquatiques français" (madame.lefigaro.fr , 14 août 15) - Revue de presse - 16 août

Revue de presse

"Burkini autorisé, string interdit : des vagues dans les parcs aquatiques français" (madame.lefigaro.fr , 14 août 15) - 16 août

Lire "Burkini autorisé, string interdit : des vagues dans les parcs aquatiques français"

"Chalon-sur-Saône. Il n’y aura pas de menu de substitution sans porc dans les cantines" (20minutes.fr, 13 août 15) - Revue de presse - 14 août

Revue de presse

"Chalon-sur-Saône. Il n’y aura pas de menu de substitution sans porc dans les cantines" (20minutes.fr, 13 août 15) - 14 août

"La justice a rejeté mercredi le référé réclamant la suspension de la décision du maire Les Républicains de Chalon-sur-Saône, Gilles Platret, de supprimer le menu sans porc dans les cantines de la ville. Saisi par la ligue de défense judiciaire des musulmans (LDJM), qui avait introduit un recours en référé suspension le 23 juillet 2015, le tribunal administratif de Dijon a rejeté cette requête. Dès la rentrée prochaine, la mairie va pouvoir supprimer le menu sans porc dans les cantines scolaires. Le maire de Chalon a obtenu gain de cause notamment grâce à la liste des menus programmés à partir de la rentrée scolaire jusqu’aux vacances d’automne. « Une seule tranche de jambon, servie en entrée le 15 octobre pouvait faire polémique », rapporte le site Info-Chalon. Le tribunal a donc estimé que, « eu égard au (...)

"Les antifas embarrassés par le fanatisme musulman" (ADLPF, 9 août 15) - Association des Libres Penseurs de France - 11 août

Association des Libres Penseurs de France

"Les antifas embarrassés par le fanatisme musulman" (ADLPF, 9 août 15) - 11 août

Lire "Les antifas embarrassés par le fanatisme musulman".

"Niloy Neel, blogueur engagé assassiné au Bangladesh" (Libération, 8 août 15) - Revue de presse - 10 août

Revue de presse

"Niloy Neel, blogueur engagé assassiné au Bangladesh" (Libération, 8 août 15) - 10 août

"« Niloy Neel écrivait pour le droit des femmes et des minorités, il critiquait l’extrémisme religieux qui provoque des attentats-suicides et tue des milliers de citoyens. Il était la voix de la justice, de la laïcité et des droits de l’homme. Qui sera le suivant ? » Le responsable du Réseau de blogueurs et d’activistes en ligne du Bangladesh, Imran Sarker, résume ainsi le combat de Niloy Neel, nom de plume d’un diplômé en philosophie assassiné vendredi. C’est le quatrième blogueur tué dans le pays depuis le début de l’année. Selon la police, l’homme, âgé de 40 ans, employé dans une ONG, se trouvait chez lui à Dacca, la capitale, quand deux hommes ont frappé à sa porte après la prière du vendredi, sous prétexte de rechercher un appartement à louer. Trois autres ont fait irruption et l’ont tué à coups de (...)

Le Conseil d’Etat contre la ratification de la Charte européenne des langues régionales (lemonde.fr, 1er août 15) - Revue de presse - 6 août

Revue de presse

Le Conseil d’Etat contre la ratification de la Charte européenne des langues régionales (lemonde.fr, 1er août 15) - 6 août

"Inflexible, le Conseil d’Etat aura fait preuve de constance pendant le long feuilleton – encore inachevé – de la ratification par la France de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires. Comme en 1996, puis en 2013, la plus haute juridiction administrative vient de rendre un avis défavorable – mais non contraignant – à la ratification de cette charte, adoptée à Strasbourg le 5 novembre 1992 et signée par la France le 7 mai 1999. Sollicité par le gouvernement le 24 juin sur le projet de loi constitutionnelle qui a été présenté par la garde des sceaux en conseil des ministres vendredi 31 juillet, le Conseil d’Etat, qui l’a examiné la veille, expose les raisons pour lesquelles il « n’a pu donner un avis favorable à ce texte ». Les mots ont varié avec le temps, mais la trame de (...)

"Feu vert à la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires" (la-croix.com , 31 juil. 15) - Revue de presse - 1er août

Revue de presse

"Feu vert à la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires" (la-croix.com , 31 juil. 15) - 1er août

La France entend promouvoir les langues régionales sans néanmoins reconnaître des droits propres à des communautés linguistiques distinctes de la communauté nationale. Signée par le premier ministre Lionel Jospin le 7 mai 1999, la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires n’a jamais été ratifiée par la France. François Hollande en avait fait une de ses promesses présidentielles. Afin de la respecter, le conseil des ministres du 31 juillet 2015 a adopté un projet de loi constitutionnelle autorisant la ratification de ce texte qui suscite de nombreuses controverses juridiques et idéologiques. L’objet initial de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires est de reconnaître des droits collectifs pour les « groupes » de locuteurs de ces langues (qui n’incluent pas les (...)

J. Costa-Lascoux : "Oui, on observe l’émergence d’une police des mœurs" (marianne.net , 30 juil. 15) - Revue de presse Jacqueline Costa-Lascoux, directrice de recherche du CNRS et membre de l’Observatoire rhônalpin de la laïcité. - 31 juillet

Revue de presse

J. Costa-Lascoux : "Oui, on observe l’émergence d’une police des mœurs" (marianne.net , 30 juil. 15) Jacqueline Costa-Lascoux, directrice de recherche du CNRS et membre de l’Observatoire rhônalpin de la laïcité. - 31 juillet

Marianne : Le week-end dernier a été rythmé par « l’affaire » du maillot de bain de Reims. Selon le quotidien local l’Union, qui a été le premier média à relayer l’info samedi, une jeune femme aurait été agressée par cinq autres, au motif qu’elle portait une tenue jugée indécente. Depuis, le parquet, en se basant sur les témoignages de la victime et des auteurs de la rixe, a affirmé que cette altercation n’avait aucune origine morale ou religieuse... Jacqueline Costa-Lascoux : Réserve faite des résultats de l’enquête dans ce cas précis, on observe l’émergence d’une police des mœurs qui vise principalement les jeunes femmes sur le thème de la pudeur. « Cachez ce sein que je ne saurais voir », les Tartuffe affirment leur présence ! Des incidents ont éclaté la semaine dernière à la piscine Mermoz à Lyon et dans (...)

"Affaire Lambert : la menace intégriste" (L. Joffrin, Libération, 24 juil. 15) - Revue de presse - 24 juillet

Revue de presse

"Affaire Lambert : la menace intégriste" (L. Joffrin, Libération, 24 juil. 15) - 24 juillet

"L’intégrisme l’emportera-t-il sur la loi française ? On se gardera ici de vouloir influencer la décision que doivent prendre les médecins du CHU de Reims sur le cas de Vincent Lambert. On rappellera, à ce stade, que l’arrêt des soins, s’il était finalement choisi par la communauté médicale, respecterait la loi Leonetti, comme en a décidé le Conseil d’Etat, et serait conforme à la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme, qui s’est prononcée sur ce point à une nette majorité. Mais en lisant entre les lignes le communiqué des médecins annonçant leur volonté de surseoir, on voit bien qu’il s’agit de toute autre chose. Ces praticiens, dont la probité et le dévouement sont largement reconnus, estiment que les conditions de « sérénité » et de « sécurité » nécessaires à un choix libre ne sont pas (...)

Hommage à Philippe Fleutot - Communiqué du Comité Laïcité République - 20 juillet

Communiqué du Comité Laïcité République

Hommage à Philippe Fleutot - 20 juillet

Le Comité Laïcité République salue la mémoire de Philippe Fleutot avec beaucoup de tristesse. Militant à nos côtés depuis plusieurs années, encore présent lors de notre réunion nationale du 7 juillet dernier pour définir le programme et la stratégie du CLR pour les prochains mois, Philippe Fleutot, qui nous a quittés le 17 juillet, était un combattant laïque dont l’efficacité s’est illustrée en particulier grâce à ses célèbres revues de presse. En irriguant les réseaux laïques, le Grand Orient de France aussi, au sein duquel il était très investi au plan régional et national, Philippe a contribué à alimenter les réactions et les réfléxions des militants et des associations laïques depuis de nombreuses années. Il était ainsi devenu une source et un relais d’informations indispensables aux militants laïques. Il fut (...)

Ramadan : France 2 accueille Médine, le rappeur qui veut "crucifier les laïcards" (Waleed Al-Husseini, 18 juil. 15) - Waleed Al-Husseini - 18 juillet

Waleed Al-Husseini

Ramadan : France 2 accueille Médine, le rappeur qui veut "crucifier les laïcards" (Waleed Al-Husseini, 18 juil. 15) - 18 juillet

"Hier [16 juillet], la chaine de télé publique France 2 a invité Medine pour son émission spéciale « Nuit du Ramadan ». Medine est un islamiste qui prône le jihad et est contre la laïcité et il le prouve en chansons ! Pour s’en convaincre, il suffit de regarder son clip « Don’t laïk » sur YouTube. Medine invite par exemple à “crucifier tous les laicards » ! Nous devons nous élever contre ce type d’invitation, qui plus est d’une chaine d’état, car cela contredit nos valeurs d’humanité et de laïcité. ! Dans notre chère mais fragile démocratie, les media doivent plus que jamais avoir le sens de leur responsabilité pour préserver cette dernière, et donc avoir conscience de leur influence et des risques que cela peut comporter en pareille situation. Ils ne doivent pas banaliser le jihadisme et laisser la haine se (...)

"Faire revenir la République à l’École" (Sénat, 1er juil. 15) - Document Commission d’enquête sur le fonctionnement du service public de l’éducation - 15 juillet

Document

"Faire revenir la République à l’École" (Sénat, 1er juil. 15) Commission d’enquête sur le fonctionnement du service public de l’éducation - 15 juillet

Rapport de la Commission d’enquête sur le fonctionnement du service public de l’éducation. Lire "Faire revenir la République à l’École (Tome I)" et "Faire revenir la République à l’École (Tome II)".

Regis Debray : "Etes-vous démocrate ou républicain ?" (Le Nouvel Observateur, 30 nov.-6 déc. 1995) - Revue de presse - 14 juillet

Revue de presse

Regis Debray : "Etes-vous démocrate ou républicain ?" (Le Nouvel Observateur, 30 nov.-6 déc. 1995) - 14 juillet

"La question ne sera-t-elle donc jamais posée ? Celle qui commande à tous les débats du jour l’identité d’une république, par quoi notre pays fait, en Europe et dans le monde, exception. Hier, un Code de la Nationalité. Aujourd’hui, un foulard. Demain, n’importe quoi : polémiques écrans, batailles sans raison. On ne guérira pas ces mauvaises fièvres sans en déceler la cause première. Nous payons tous à présent, par une indéniable confusion mentale, la confusion intellectuelle entre l’idée de république issue de la Révolution française, et l’idée de démocratie, telle que la modèle l’histoire anglo-saxonne. On les croit synonymes, et chacun de prendre un terme pour un autre. Pourquoi les distinguer ? La société libérale et consumériste n’est qu’une figure parmi d’autres de la démocratie, mais si dominante et (...)

"Face à l’islamisme, la République ne doit pas trembler !" (marianne.net , 13 juil. 15) - Revue de presse/tribune - 13 juillet

Revue de presse/tribune

"Face à l’islamisme, la République ne doit pas trembler !" (marianne.net , 13 juil. 15) - 13 juillet

"Nous sommes des citoyens de culture, de tradition ou de confession musulmane ; nous sommes athées, agnostiques ou croyants ; nous sommes d’origine arabe, africaine, perse, berbère, turque ou kurde ; nous sommes des Français, des résidents en France ou des amis de la République vivant à l’étranger. Nous sommes surtout - et avant tout - des démocrates attachés à la laïcité et aux principes de la République. Nous sommes enfin des femmes et des hommes libres, universalistes, amoureux de la France, de sa culture et de ses valeurs. Même s’il n’est pas question pour nous de nous enfermer dans une logique communautaire ni de brandir une quelconque identité singulière, car contrairement aux tenants du communautarisme, de l’uniformisation religieuse et de l’islam politique, nous revendiquons, en premier lieu, (...)

Fewzi Benhabib : « Algérie, ton avenir est-il possible sans la laïcité ? » - Conférence organisée par le CLR Ile-de-France (16 juin 15) Intervention de Fewzi Benhabib, représentant en France du PLD (Parti pour la Laïcité et la Démocratie). - 11 juillet

Conférence organisée par le CLR Ile-de-France (16 juin 15)

Fewzi Benhabib : « Algérie, ton avenir est-il possible sans la laïcité ? » Intervention de Fewzi Benhabib, représentant en France du PLD (Parti pour la Laïcité et la Démocratie). - 11 juillet

« Algérie, où en es-tu aujourd’hui ? Ton avenir est-il possible sans la laïcité ? » 1. L’Algérie : l’illusion d’une paix retrouvée De la rive nord de la méditerranée, l’Algérie de 2015 renvoie l’apparence d’un pays qui a renoué avec la stabilité. Quelques images filtrent de temps à autre dans les medias, celles d’un acte terroriste, d’un exploit sportif ou d’un président qui gouverne à partir d’un lit d’hôpital. D’aucuns s’interrogent sur ces faits troublants mais rien à voir avec le séisme de la période sanglante des années 90. Pourtant, il n’y a pas pire traître que l’eau qui dort. C’est pourquoi, toute analyse sérieuse exige de ne pas s’arrêter à la surface des choses et d’aller en profondeur pour saisir leur réalité et tenter d’anticiper sur leur perspective. L’Algérie est passée par bien des convulsions dans son (...)

Patrick Kessel : "Il faut lever les confusions" - Forum "République et islam" (Assemblée nationale, 22 juin 15) Patrick Kessel, président du Comité Laïcité République. - 26 juin

Forum "République et islam" (Assemblée nationale, 22 juin 15)

Patrick Kessel : "Il faut lever les confusions" Patrick Kessel, président du Comité Laïcité République. - 26 juin

Ce forum intervient alors qu’il y a moins de six mois, des attentats barbares ont frappé la République au coeur. Dans notre pays, des caricaturistes, des Juifs, des policiers ont été assassinés pour ce qu’ils étaient. Au lendemain de l’immense et émouvant sursaut populaire et républicain, le chef de l’Etat et le Premier ministre, avec force conviction, ont annoncé le retour de la laïcité. La ministre de l’Education nationale a déclaré que si dans le passé on avait pu dire "Surtout, pas de vagues", désormais, "on ne laisserait plus rien passer". Nous nous en sommes félicités. Mais, au fil des jours, une profonde déchirure culturelle s’est révélée, qui ne se réduit pas mécaniquement à la fracture sociale. En 2003 déjà, le rapport Obin, réalisé par des inspecteurs de l’Education Nationale nous mettait en garde (...)

F. H. Timour : le bilan accablant des religions - Note de lecture par Claude Ruche - 26 juin

Note de lecture

F. H. Timour : le bilan accablant des religions par Claude Ruche - 26 juin

Le Livre noir des religions, du Canadien Frank Henry Timour est un ouvrage absolument passionnant et terrifiant, parce qu’il met en évidence que le fondement de toute religion se trouve dans la guerre. De la préhistoire à Daesh, il décrit la face sombre des religions à travers les grands évènements de l’histoire de l’humanité et nous en propose une relecture qui éclaire d’un jour nouveau les relations toujours ambigües entre pouvoir temporel et pouvoir spirituel. En 514 pages, l’auteur fait revivre les millions de morts sur lesquels les religions ont construit leur pouvoir et dévoile les mystifications historiques qui leur ont permis de masquer leurs méfaits. Aucune religion n’est épargnée dans cette lente descente aux enfers qui apparait soudain comme ce qu’elle est, c’est à dire une guerre totale (...)

Charles Coutel : « Les missions de l’Université et la défense de la laïcité » (Colloque du CLR, 30 mai 15) - « Laïcité et enseignement supérieur » (30 mai 15) Charles Coutel, professeur émérite des universités en philosophie politique. - 13 juin

« Laïcité et enseignement supérieur » (30 mai 15)

Charles Coutel : « Les missions de l’Université et la défense de la laïcité » (Colloque du CLR, 30 mai 15) Charles Coutel, professeur émérite des universités en philosophie politique. - 13 juin

Ce propos introductif devrait être inutile, et pourtant il apparaît nécessaire de faire quelques rappels ; il nous faut redire les missions de l’Université car elle fait partie de l’Ecole de la République, aujourd’hui bousculée de toutes parts. Le Code de l’Education dans son art. 123, 1 à 8, énonce sept missions : enseignement, recherche, diffusion et valorisation des résultats, diffusion de l’information scientifique, orientation et insertion professionnelle, participation à l’espace européen de l’enseignement supérieur, et enfin formation des formateurs. L’unité et l’importance de ces missions de l’Université expliquent le monopole de la collation des grades. Cette juxtaposition un peu fastidieuse manifeste une ambition mais risque de faire oublier la finalité éminente de l’institution universitaire. (...)

Frédérique de la Morena : « L’Université, un service public laïque » (Colloque du CLR, 30 mai 15) - « Laïcité et enseignement supérieur » (30 mai 15) Frédérique de la Morena, maître de conférences en droit public (Université de Toulouse 1). - 13 juin

« Laïcité et enseignement supérieur » (30 mai 15)

Frédérique de la Morena : « L’Université, un service public laïque » (Colloque du CLR, 30 mai 15) Frédérique de la Morena, maître de conférences en droit public (Université de Toulouse 1). - 13 juin

Le texte de cette intervention est extrait d’un livre de Frédérique de la Morena, "Les frontières de la laïcité", à paraître à la rentrée 2015 (Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence, collection Systèmes). Dans les débats sur la laïcité, il est peu question de l’enseignement supérieur public, service public particulier sans doute car espace de liberté et d’indépendance de la pensée. « L’enseignement supérieur est libre » [2] ; héritière de libertés institutionnelles et personnelles qui rendent possible l’activité universitaire, l’université républicaine « ne se conçoit que dans la liberté la plus complète, de recherche d’abord, d’enseignement ensuite » [3]. Le service public de l’enseignement supérieur est toutefois au cœur de quelques problématiques dont les solutions, données ou à venir, interrogent (...)

Alain Seksig : "En finir avec le déni" (Colloque du CLR, 30 mai 15) - « Laïcité et enseignement supérieur » (30 mai 15) Inspecteur de l’éducation nationale, ancien responsable de la mission Laïcité du Haut Conseil à l’intégration, vice-président du CLR. - 10 juin

« Laïcité et enseignement supérieur » (30 mai 15)

Alain Seksig : "En finir avec le déni" (Colloque du CLR, 30 mai 15) Inspecteur de l’éducation nationale, ancien responsable de la mission Laïcité du Haut Conseil à l’intégration, vice-président du CLR. - 10 juin

Voici quelques mois, sur les ondes de France Culture, l’inspecteur général honoraire de l’Education nationale Jean-Pierre Obin déclarait que, selon lui, la loi du 15 mars 2004 serait étendue à l’enseignement supérieur dans les 10 ans à venir. Avis d’expert. On se souvient en effet du rôle non négligeable joué par l’excellent rapport qui porte son nom, le rapport Obin, dans la justification de cette loi. Du moins pour ceux qui alors en ont eu connaissance, car on se souvient aussi que ce rapport fut longtemps mis sous le boisseau par les différents ministres qui, en 2003 et 2004, l’ont commandé, reçu et, à sa lecture, décidé de ne pas le publier. Ils ne furent pas moins de quatre ministres à se succéder durant cette courte période. En janvier dernier, après les tueries de Charlie Hebdo et de l’hyper (...)

Marylène Manté-Dunat : « La laïcité à l’Université : de la cécité à la nécessité » (Colloque du CLR, 30 mai 15) - « Laïcité et enseignement supérieur » (30 mai 15) Professeure à l’institut d’administration des entreprises (IAE-Université Lille 1). - 3 juin

« Laïcité et enseignement supérieur » (30 mai 15)

Marylène Manté-Dunat : « La laïcité à l’Université : de la cécité à la nécessité » (Colloque du CLR, 30 mai 15) Professeure à l’institut d’administration des entreprises (IAE-Université Lille 1). - 3 juin

« La Laïcité à l’Université : de la cécité à la nécessité », en effet, parce qu’il me semble que, même si cette attitude est rendue plus difficile depuis les événements terribles du 07 janvier dernier, la tendance majoritaire parmi mes collègues enseignants, enseignants-chercheurs et chercheurs, mais surtout parmi les présidents d’Universités, et plus généralement les personnes exerçant des responsabilités de direction d’établissements d’enseignement supérieur, reste encore aujourd’hui un refus de reconnaissance de l’existence d’atteintes nombreuses, et parfois graves, à la laïcité, pourtant flagrantes pour qui veut juste « ouvrir les yeux ». J’articulerai alors mon propos en deux étapes. Dans un premier temps, je vais m’efforcer de vous présenter des éléments factuels de nature à vous éclairer sur la situation que (...)

Yolène Dilas-Rocherieux : « L’Université à l’épreuve de la laïcité » (Colloque du CLR, 30 mai 15) - « Laïcité et enseignement supérieur » (30 mai 15) Maître de conférences en sociologie politique (Université Paris ouest-Nanterre). - 3 juin

« Laïcité et enseignement supérieur » (30 mai 15)

Yolène Dilas-Rocherieux : « L’Université à l’épreuve de la laïcité » (Colloque du CLR, 30 mai 15) Maître de conférences en sociologie politique (Université Paris ouest-Nanterre). - 3 juin

L’entreprise, l’hôpital, l’université, tous ces lieux sont confrontés à des problèmes liés à la montée des revendications religieuses. Mais les réponses apportées sont disparates, dissociées, tout comme les acteurs concernés, alors qu’il serait nécessaire de réfléchir à une solution globale. Un seul exemple, l’université où le débat sur la laïcité est obligatoirement faussé, puisque contenu, freiné, par les seuls arguments de la liberté individuelle et du statut des étudiants et étudiantes jugés majeurs. En fait, il me semble que la laïcité, à elle seule, même strictement appliquée, ne peut suffire à endiguer ce phénomène. Car, comme l’écrit Jean-François Colosimo : "Dieu est revenu en politique". A l’université, nous avons baissé les bras face à la banalisation du voile et du tchador, aux salles de prières (...)

Tous droits réservés © Comité Laïcité République - Maison des associations, 54 rue Pigalle, 75009 Paris Mentions légales