Comité Laïcité République

Conférence organisée par le CLR Ile-de-France (16 juin 15)

Fewzi Benhabib : « Algérie, ton avenir est-il possible sans la laïcité ? »

Intervention de Fewzi Benhabib, représentant en France du PLD (Parti pour la Laïcité et la Démocratie). 11 juillet 2015

« Algérie, où en es-tu aujourd’hui ?
Ton avenir est-il possible sans la laïcité ? »

1. L’Algérie : l’illusion d’une paix retrouvée

De la rive nord de la méditerranée, l’Algérie de 2015 renvoie l’apparence d’un pays qui a renoué avec la stabilité. Quelques images filtrent de temps à autre dans les medias, celles d’un acte terroriste, d’un exploit sportif ou d’un président qui gouverne à partir d’un lit d’hôpital. D’aucuns s’interrogent sur ces faits troublants mais rien à voir avec le séisme de la période sanglante des années 90.

Pourtant, il n’y a pas pire traître que l’eau qui dort. C’est pourquoi, toute analyse sérieuse exige de ne pas s’arrêter à la surface des choses et d’aller en profondeur pour saisir leur réalité et tenter d’anticiper sur leur perspective. L’Algérie est passée par bien des convulsions dans son histoire mais si la coquille de ce calme apparent venait à rompre, il est pour le moins difficile d’en prédire le dénouement.

Contrairement à ses voisins, l’Algérie dispose de moyens financiers conséquents qu’elle tire de ses hydrocarbures. Aujourd’hui elle a liquidé sa dette, se targue même de jouer à l’argentier du Fonds monétaire international et clame autour d’elle qu’elle n’a rien à voir avec les turbulences du « printemps arabe ».

En effet toute proportion gardée, l’Algérie n’a pas été touchée par cette lame de fond et au plan international elle fait figure d’une singularité politique dans un océan agité et chaotique. Mais pour lever le voile sur cet équilibre précaire, un rappel des faits importants est nécessaire.

2. Les prémisses des événements d’octobre

Dès les années 1970, l’Algérie fait face de façon épisodique à la montée de l’islamisme. Ses pressions et ses manifestations deviendront de plus en plus visibles après la victoire de la révolution islamique en Iran en 1979.

En 1980, un événement somme toute banal entre dans l’histoire du pays : une conférence sur la poésie kabyle, animée par un écrivain, Mouloud Mammeri, est interdite. La Kabylie entière s’enflamme pour revendiquer l’officialisation de la langue tamazight (berbère) et la reconnaissance de l’identité berbère. Cet événement est capital à plus d’un titre. Il inaugure une nouvelle ère en Algérie. C’est bien la première fois que le pouvoir est contesté de façon aussi massive et déterminée. L’unité de façade du pays est lézardée.

Vers le milieu des années 80, les islamistes organisent clandestinement les premiers maquis dans la région d’Alger. En 1985, ils attaquent une caserne de police de Soumaâ, près de Blida.

Mais en 1988 une grande grève des travailleurs de Rouiba, près d’Alger dégénère. Des militants de gauche sont arrêtés et torturés. Les islamistes profitent de l’état insurrectionnel qui se généralise dans le pays pour lancer leur troupe. Les émeutes d’Octobre 88 mettent en évidence une fracture au sein de la société et révèlent au grand jour pour la première fois dans la vie politique du pays un mouvement politico-idéologique d’un genre radicalement nouveau : l’islamisme politique. Le bilan des affrontements est lourd : plusieurs centaines de morts parmi les manifestants.

3. L’arrêt salutaire du processus électoral

Pour absorber le choc, le pouvoir fait semblant de sortir le grand jeu démocratique. Une nouvelle constitution adoptée en 89 brise l’édifice monolithique du FLN, engage le pays dans le multipartisme mais la légalisation concomitante d’un parti totalitaire, le FIS, Front Islamique du Salut fait entrer le loup dans la bergerie.

Le programme du FIS est clair. Quand les loups se lâchent, ils sont d’un aplomb à donner le vertige. Dans un meeting électoral en décembre 91, Djaballah, un célébrissime activiste islamiste dévoile la stratégie de conquête du pouvoir : « Notre mouvement est comme une fusée à deux étages : le premier étage, de lancement, est démocratique, le second sera de mettre la société islamique en orbite ».

Quant à Abassi Madani, président du FIS, dans une interview à l’hebdomadaire Algérie actualités du 24 décembre 89, il règle ses comptes avec la démocratie : « Nous n’acceptons pas cette démocratie qui permet à un élu d’être en contradiction avec l’islam, la charia, sa doctrine et ses valeurs » et Ali Belhadj, vice-président du FIS de renchérir au quotidien Horizon du 23 février 1989 : « Il n’y a pas de démocratie parce que la seule source du pouvoir c’est Allah, à travers le Coran, et non le peuple. Si le peuple vote contre la loi de Dieu, cela n’est rien d’autre qu’un blasphème. »

A propos des femmes, le même Belhadj est intarissable : « Le lieu naturel de la femme est le foyer… Si nous sommes dans une société islamique véritable, la femme n’est pas destinée à travailler. Ainsi, elle ne quitte pas son foyer, afin de se consacrer à la grandiose mission de l’éducation des hommes. La femme est une reproductrice d’hommes. Elle ne produit pas de biens matériels, mais cette chose essentielle qu’est le musulman. »

Isolé par une politique répressive menée à l’encontre des forces progressistes et démocratiques pendant plus de 25 ans de parti unique, le pouvoir est pris désormais en tenaille d’une part, par la pression politique du FIS, d’autre part sa branche armée l’AIS qu’il a méthodiquement mis en place avec l’aide de l’internationale islamiste.

Aux élections communales suicidaires de 90, le pouvoir est mis en échec. Il cède la majorité des communes au FIS. A la veille des élections législatives un an plus tard, les intégristes attaquent la caserne militaire de Guemmar, à l’est du pays.

Ali Belhadj appelle “tout musulman qui trouve une arme de la garder” en affirmant que “la chari’a n’interdit pas aux musulmans de prendre les armes contre l’état impie”. Régulièrement la presse fait état de vols d’explosifs dans les carrières et d’attaques de pharmacies. Les mosquées se transforment alors en annexe du FIS et en casemates, où d’importantes quantités d’armes sont stockées. Les préparatifs de la guerre sont bien entamés.

Au plan international, l’Europe et les Etats-Unis misent sur la victoire du FIS mais l’armée soutenue par une partie des démocrates et de l’opinion publique interrompt la mascarade des élections législatives en janvier 1992.

L’Europe et les Etats-Unis soutiennent le fascisme islamiste. Mitterrand confond processus électoral et processus démocratique. Amnésique, il avait oublié le processus électoral de 1933. Le monde, dans un silence assourdissant, assiste en spectateur à la boucherie. L’Algérie, est seule face au monstre.

4. Le bilan de la terreur islamiste

La mouvance islamiste grisée par ce soutien international pense que l’heure est venue de prendre le pouvoir par les armes. Le pays sombre dans le terrorisme : 100 000 morts, des dizaines de milliers de handicapés et de traumatisés, des milliers de femmes violées dans l’horreur des mariages de jouissance (zaouedj el mout’â). Ce sont des poètes qu’on fusille et l’intelligence qu’on décapite. Un émir du GIA (Groupe islamique armé) avait décrété froidement en 1993 : « ceux qui combattent l’islam par la plume périront par la lame ». Plus de 120 journalistes et employés de presse passent au fil du sabre ou succombent dans les bombes.

Les infrastructures du pays sont mises à feu. Plus de vingt milliards de dollars de dégâts matériels et jusqu’à aujourd’hui, l’Algérie continue de saigner. L’hémorragie de la matière grise est sans précédent. Un million et demi d’Algériennes et d’Algériens, avec au minimum le baccalauréat, ont fui le pays dans les années 90.

5. La stratégie islamiste

Le terrorisme islamiste est un acte politique programmé qui s’inscrit dans une vision du monde réfractaire aux libertés, à la pluralité et pour tout dire à tout ce qui fait l’humain.

Dans les années 70-80, nous avions vécu des épreuves certes difficiles. Les organisations progressistes étaient pourchassées par le parti unique mais nous étions à mille lieues de penser que nous étions à la veille d’un séisme qui allait emporter le pays dans un torrent de sang. Bien sûr, nous nous inquiétions de la laideur et des étroitesses qui s’étaient emparées des esprits mais l’irruption de l’islamisme sur la scène politique fut d’une fulgurance inouïe.

Nous avons connu l’explosion d’une bestialité collective sans précédent. Nous avons été les témoins d’une barbarie extrême. Nous ne pouvions que constater les ravages de l’intégrisme islamiste et la dimension planétaire qu’il avait prise.

Qui aurait pu croire qu’un univers ancré dans son insouciance et ses certitudes comme le nôtre allait basculer du jour au lendemain dans l’inconnu, affronter les tempêtes les plus féroces de son histoire et au bout du compte frôler le naufrage ?

Nous croyions, en dépit des difficultés et des échecs, que le fleuve de l’histoire allait suivre son cours tant bien que mal.

Je me souviens comme aujourd’hui du jour où les camarades nous avait distribués de petites bombes lacrymogènes d’autodéfense pour nous protéger des agressions islamistes. Nous étions heureux, comme les enfants le jour de l’aïd, convaincus que nous avions dans les mains l’arme absolue qui allait neutraliser la déferlante islamiste !

Mais au fait, que peut un lance-pierre contre la grenaille d’un fusil au canon scié ou les rafales d’une kalachnikov ? Quelle naïveté ! Quelle candeur !

Les municipalités FIS avaient fermé les conservatoires et proscrit le divertissement. Comment en est-on arrivé à interdire la musique et la danse, à profaner l’art en le dénonçant comme une jouissance, une volupté coupable, importée de toute façon d’ailleurs ?

Un discours d’une rare violence montait des mosquées, appelant à la haine des femmes et à la mise à l’index de tout ce qui était porteur d’horizons nouveaux. A coup de sermons, le prêche armait le bras de ceux qui allaient devenir des fauves, brandissant des armes pour décapiter les têtes qui émergent et commettre les crimes les plus ignobles dans cette guerre contre les civils, qui s’amplifiait à grands fracas.

La mort était d’une telle banalité dans notre quotidien que nous l’attendions presqu’avec fatalité. Banalement. Presque avec indifférence. Notre souhait fou, c’était juste de mourir par balles pour abréger les souffrances. Ce que nous redoutions, c’était la mise en scène de la mort qui pouvait être d’une barbarie qui dépasse tout entendement dans ces carnages de l’apocalypse. Nous sortions le matin sans être sûrs de rentrer le soir. Qui ne se souvient pas encore du rituel macabre des mardis noirs ? A notre corps défendant, nous changions nos habitudes, nos horaires et nos itinéraires pour dérouter l’ombre assassine. Il nous arrivait même d’improviser notre gite laissant nos familles dans les nuits de l’angoisse.

Nous nous sommes retrouvés piégés dans les mailles d’un filet où les menaces s’exerçaient au quotidien, où chaque jour apportait son lot de funestes nouvelles. Nos seuls lieux de rencontre étaient les …cimetières !

Le but du terrorisme islamiste était clair : instiller la frayeur pour dissuader de toute velléité de révolte et tétaniser la société. En légalisant le FIS le 18 février 1989, en légitimant son existence dans l’échiquier politique, le pouvoir avait ouvert la voie à l’aventure et la barbarie ses abîmes !

En quelques semaines, nous avions vu à quelle vitesse tout avait changé. A notre stupéfaction des gens que nous croyions tout à fait acquis aux valeurs de la démocratie ont basculé du jour au lendemain du côté des nouveaux « vainqueurs ». Certains, avec un aplomb à défier toute assurance, affichaient avec arrogance leurs nouvelles « idées ». D’autres encore se sont même présentés sur leurs listes électorales. Surfant sur les peurs et l’opportunisme, le terrorisme islamiste façonnait la société à sa guise.

6. L’aveuglement de l’Occident

A mon arrivée en France fin 93, j’ai été stupéfait de constater que les militants du Front Islamique du Salut, le FIS, c’est-à-dire ceux qui nous pourchassaient et nous assassinaient ont été accueillis en France le plus normalement du monde tandis que les démocrates étaient livrés à eux mêmes. Beaucoup parmi nous ont eu du mal à régulariser leurs papiers pour pouvoir s’établir en France et obtenir les autorisations de travail. Par contre les militants du FIS ont eu des facilités et ont pu légalement bénéficier du statut de réfugié politique au motif, nous avait-on dit, qu’ils étaient victimes d’un …« terrorisme d’état » !?

Les islamistes venaient de recevoir en fait le feu vert de la France officielle de mettre le pied à l’étrier politique pour chevaucher la société civile française, construire les centaines d’associations qu’ils comptent aujourd’hui en France et commencer à tisser leur toile.

Le choc que j’avais reçu alors était énorme mais mes désillusions ne faisaient que commencer. Dans la presse et les médias, j’ai vu fleurir toute sorte de commentaires dont le seul but était de brouiller l’analyse politique et de laver de tout soupçon les assassins. On avait même forgé à l’occasion la notion d’« éradicateur » pour convaincre l’opinion publique française que les islamistes n’étaient rien d’autre que des agneaux et des démocrates. De fait, une telle démarche désignait aux islamistes les cibles à abattre. Elle voulait aussi déposséder l’Etat algérien du droit d’utiliser la force publique pour protéger ses citoyens. Au plan politique, une telle largesse visait à banaliser un parti politique fasciste, le FIS et à justifier sa participation aux accords de Rome de 95 pour le mettre en selle au plan international.

La ligue française des droits de l’Homme, la LDH avait poussé le cynisme à qualifier le GIA, véritable escadron de la mort, de « groupe armé d’opposition ». C’était le comble ! Même quand les islamistes revendiquaient leurs crimes, on les dédouanait de leurs forfaits en faisant croire qu’ils étaient manipulés par les services de sécurité algériens !? Là, c’était le comble du comble ! Enfin, c’était la sombre période du « Qui tue qui ? » qui n’a pas encore dit son dernier mot.

7. La trahison du pouvoir algérien

Après les attentats ciblés contre les symboles de l’Etat, les démocrates et les massacres collectifs du peuple des années 90, après une résistance remarquable de la société, tout portait à croire que le pouvoir n’allait pas baisser les bras face à l’islamisme politique. Bien au contraire, le pouvoir ouvre des négociations avec lui, l’exonère de ses crimes en échange d’une paix illusoire, et de fait confisque la victoire à la société. En 1999, la loi sur « la concorde civile » prévoyait « l’amnistie de ceux qui avaient été impliqués dans les réseaux de soutien aux groupes armées et autres destructions de biens et d’équipements ». En 2005, la trahison va plus loin. La « Charte pour la Paix et la Réconciliation Nationale », réhabilite les assassins, leur donne du travail, leur accorde des logements et régularise…les arriérés de salaires correspondant …aux années passées dans les maquis ?!. Pire encore, le pouvoir verrouille le dossier du terrorisme islamiste et criminalise toute tentative de le rouvrir.

La société est amère. La situation sociale se dégrade. L’Algérie vit en permanence le syndrome de l’émeute. En 2012, plus de 10 000 (!) mouvements sociaux ont été recensés officiellement et nulle partie du territoire n’en est épargnée. Jusqu’à présent, le pouvoir ne semble pas ébranlé par les coups de boutoirs de ces jacqueries mais pour l’instant il n’a qu’une seule parade pour éteindre les feux de la contestation : Dissuader par le bâton de la répression et user de la rente pétrolière pour satisfaire les revendications des mécontents en revalorisant démagogiquement les salaires.

Mais pendant combien de temps, le pouvoir pourra-t-il encore acheter la « paix sociale » pour calmer les explosions populaires ? Les rentrées financières importantes adossées à un prix du baril élevé auraient dû permettre l’essor de l’économie mais le décollage tarde à venir et depuis quelques mois les prix du pétrole ont dégringolé de moitié.

L’expression démocratique reste étranglée. Le pluralisme politique n’est qu’une façade et le pouvoir réel est entre les mains d’un système qui ne laisse aucune chance à l’alternance de s’exercer.

8. Une économie minée par la culture de la rente

En fait, l’Algérie est plombée par un système rentier où une opacité institutionnelle et une corruption endémique empêchent l’émergence d’une économie véritable. SONATRACH, l’entreprise pétrolière phare du pays et unique source de devises, est éclaboussée aujourd’hui par un scandale financier qui frappe le cœur du pouvoir. Par ailleurs, au lieu de faire fonctionner l’économie selon les lois de la rationalité, on injecte souvent des sommes considérables dans des entreprises en faillite sans se donner la peine d’en analyser les causes tandis que des protégés du système se taillent des fortunes colossales sur le plateau d’or de monopoles d’importation généreusement octroyés.

L’Algérie de l’indépendance à nos jours est passée d’un mouvement de libération nationale authentique dont les animateurs historiques ont été des hommes d’ouverture à un nationalisme de plus en plus bridé par des œillères islamo-conservatrices qui ont mutilé l’histoire et rétréci sa richesse culturelle. L’Algérie n’est pas née avec l’islam. Elle est aussi celle de Jugurtha, d’Apulée de Madaure et de Saint-Augustin.

Le système politique issu de 62 a glissé inexorablement vers un régime qui a tourné le dos aux valeurs universelles, a combattu le principe de laïcité, les valeurs de liberté, de démocratie. Cette stratégie politique a fait le lit de l’islamisme politique dont l’objectif essentiel est d’imposer définitivement un projet de société obscurantiste sous la férule d’un Etat théocratique.

9. Pas d’Algérie sans laïcité !

L’Algérie met en scène aujourd’hui un pays meurtri par plus de 25 années de terrorisme islamiste, qui ne connaît ni l’essor économique, ni la démocratie. La société est paralysée. Elle est écrasée par un système autocratique. Au lieu de mettre l’Algérie sur les rails du progrès, le pouvoir en place n’a qu’une seule obsession : perdurer pour se reproduire.

Il est illusoire de croire à une paix durable aussi longtemps que la mosquée reste une tribune politique, le porte-voix de mots d’ordre assassins et que l’Ecole continue d’être le lieu de la relégation de la raison et l’espace d’une pensée piégée par la relation binaire du licite et de l’illicite, du pie et de l’impie. Une telle école empêche l’enfant de devenir un citoyen, elle en fait un être sans autonomie, sujet à toutes les manipulations du prince dans la filiation même de l’idéologie des tenants du Wahhabisme dont la devise est : « Inama el soltan dhal Allahi fawq el ardh », (le sultan est l’ombre de Dieu sur terre).

Voilà plus de 10 ans que le plan américain du « Grand Moyen Orient » est en marche. Son objectif est clair : redessiner la carte dans le sang pour assurer la sécurité de ses bases militaires implantées dans la région, celle de ses alliés historiques, notamment l’Arabie saoudite et Israël et garantir des voies d’accès aux sources d’énergie. Pour ce faire, l’Amérique n’hésitera pas à détruire les Etats susceptibles de contrarier sa stratégie afin d’atomiser le monde arabe, l’affaiblir en y créant de nouveaux micro-états islamiques à l’image des pays du Golfe.

Des forces centrifuges sont déjà à l’œuvre depuis longtemps en Algérie. En brandissant l’étendard d’une oumma fantasmée, l’islamisme a contribué au délitement de l’Etat et au déchirement de la société. Le pouvoir quant à lui, a nié en bloc pendant des décennies, les composantes culturelles du pays et suscité les conditions de la résurgence du tribalisme et du communautarisme. Aujourd’hui, les affrontements ethniques et religieux entre communautés, sont de plus en plus importants et mettent en péril l’unité nationale. C’est pourquoi, seule l’exercice de la citoyenneté est à même de transcender les particularités régionales pour les inscrire dans leur pluralité dans une dynamique nationale et consacrer leur richesse dans le cadre de l’Etat de droit. Or le pré-requis de la citoyenneté, c’est la démocratie et sans laïcité, il ne saurait y avoir de démocratie !

De la même façon, il ne saurait y avoir Egalité dans la société sans laïcité. Cette égalité ne saurait être obtenue en accommodant les lois religieuses aux temps modernes d’où la nécessité impérieuse de séparer le politique du religieux pour pouvoir assurer la promotion de lois civiles égalitaires entre les femmes et les hommes. Faute de quoi, quand on reste prisonnier de l’hégémonie religieuse, le changement réel est impossible.

La chance de l’islam comme celle de toute religion, est la laïcité parce que celle-ci l’affranchira de toute dérive politicienne. L’islam ne sortira des griffes de Daesh et ne pourra retrouver sa vocation spirituelle que s’il cesse de s’ingérer dans les affaires de la cité.

L’islamisme turc prétendument « modéré », les capacités de nuisance du wahabbisme saoudien et les milliards du Qatar sont déjà mobilisés pour déposséder l’Algérie d’acquis arrachés au prix d’innombrables sacrifices.

Il est urgent pour l’Algérie de réfléchir en terme de rupture avec la politique en cours car celle-ci risque de porter l’estocade à terme à l’intégrité territoriale de l’Algérie et de la conduire au naufrage. Voilà plus d’un quart de siècle que l’islamisme a déclaré la guerre sans merci au peuple algérien. Le danger est en la demeure et aux portes de nos frontières.

Le nœud central de la crise focalise dans le choix du projet de société. Hors de question de l’ajourner sinon il y va du devenir des derniers bastions de résistance de l’Etat. Ou les horizons de l’Algérie seront modernistes dans la perspective de la République laïque, démocratique et de progrès social ou l’Algérie disparaîtra dans le chaos de la partition.

La laïcité est un combat planétaire !

Laïques de tous les pays, Laïques de toutes les cultures, unissez-vous !

Avant de terminer, je voudrais rendre hommage à un Républicain clairvoyant et courageux, à celui dont la pensée révolutionnaire irrigue tout notre mouvement, au fondateur d’ETTAHADDI, HACHEMI CHERIF qui a été l’objet d’un attentat islamiste manqué en 92 et dont nous marquerons cette année le dixième anniversaire de son décès à la fête de l’Humanité.

Fewzi Benhabib
Représentant du PLD_ Immigration_Algérie
16 juin 2015

Mis en ligne : 11 juillet 2015

Mots clés de cet article

Activités & textes

Avec la participation du CLR CLR Agenda CLR Colloques CLR Communiqués CLR Contributions CLR Editos CLR Laïcité Info CLR locaux CLR Notes de lecture CLR Présentation CLR Prix de la laïcité CLR Rebonds CLR Tribunes libres Documents Initiatives proches Le CLR signale Liens Revue de presse Revue de presse : Chroniques, tribunes et entretiens Vidéos VIDEOS Quelques grammes de laïcité dans un monde de radicalité

Acteurs

"Répliques" (France Culture) 50/50 Aalam Wassef Abdelwahab Meddeb Abdennour Bidar Académie française ADMD (Mourir dans la dignité) Adonis al-Qaida Alain Christnacht Alain Finkielkraut Alain Jakubowicz Alain Minc Alain Morvan Alain Seksig Alain Simon Alain Soral Alain-Gérard Slama Alban Ketelbuters Albert Memmi Alexandra Laignel-Lavastine Alexandre Devecchio Alexis Bachelay Alliance Vita Amélie Boukhobza Amies et amis de la Commune de Paris 1871 Amine El Khatmi Amnesty International Anastasia Colosimo André Bellon André Gérin André Henry André Versaille André Vingt-Trois Anne Hidalgo Anne-Marie Le Pourhiet Anne-Marie Lizin Annick Drogou Annie Sugier Anticor Antoine Sfeir APHG Arab women’s solidarity association (AWSA) Assemblée des femmes Association des libres penseurs de France (ADLPF) Association des Maires de France (AMF) Association FRancophonie AVenir (A.FR.AV.) Association pour une Constituante Avenir de la langue française (ALF) Averroès Avijit Roy Ayaan Hirsi Ali Babacar Lame Baraka City Barbara Lefebvre Benoît Hamon Bérénice Levet Bernard Drainville Bernard Maris Boko Haram Bondy Blog Boualem Sansal Brice Couturier Brigitte Stora Bruno Fuligni Café La Mer à boire Caroline de Haas Caroline Fourest Caroline Valentin Catherine Kintzler Céline Pina Céline Rigo Centre civique d’étude du fait religieux (CCEFR) Centre Départemental d’Etude et d’Éducation Permanente Cercle Maurice Allard Chahdortt Djavann Chahla Chafiq Charles Arambourou Charles Coutel Charlie Hebdo Christian Bataille Christiane Taubira Christine Boutin Christophe Couillard Christophe Guilluy Christophe Lèguevaques Christopher Caldwell Christopher Lasch Cimade Cindy Leoni Civitas Claude Askolovitch Claude Hagège Claude Nicolet Claude Ruche Clémentine Autain Clermont-Tonnerre (1789) Coexister Collectif contre l’Islamophobie en France (CCIF) Collectif Culture commune Collectif du 5 avril (Alsace-Moselle) Collectif IVG Tenon (Paris 20e) Collectif laïque Collectif national pour les droits des femmes (CNDF) Collectif Place aux femmes Collectif pour la promotion de la laïcïté Collectif pour la promotion de l’école publique dans les mauges COllectif Unitaire Républicain pour la Résistance, l’ Initiative et l’ Emancipation Linguistique (Courriel) Comité 1905 Auvergne Rhône Alpes Comité 1905 de l’Ain Comité consultatif national d’éthique (CCNE) Comité de réflexion et d’action laïque de Seine-Maritime (Creal 76) Comité Les Orwelliens (ex-Comité Orwell) Comité National d’Action Laïque (Cnal) Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) Conférence des évêques de France (CEF) Conseil constitutionnel Conseil d’Etat Conseil de l’Europe Conseil des ex-Musulmans de France (CEMF) Conseil économique, social et environnemental (Cese) Conseil français du culte musulman (CFCM) Conseil national des associations familiales laïques (Cnafal) Conseil représentatif des associations noires (Cran) Conseil représentatif des Français de l’Outre-mer (Crefom) Conseil représentatif des institutions juives (Crif) Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) Consistoire central israélite de France Coordination française pour le lobby européen des femmes (Clef) Coralie Delaume Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) Cynthia Fleury Cyril Hanouna Dalil Boubakeur Daniel Lefeuvre Daoud Boughezala Darya Safai Débats laïques Défense de la langue française (DLF) Défenseur des droits Déléguation interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l’Antisémitisme, et la Haine anti-LGBT (Dilcrah) Délégués départementaux de l’Education nationale (DDEN) Dialogue et démocratie française Didier Leschi Dieudonné Djemila Benhabib Dominique Lebrun Dominique Schnapper Dounia Bouzar Ecole nationale d’administration (Ena) Eddy Khaldi Édouard Philippe Edwy Plenel Egale (Egalité Laïcité Europe) ELELE Migrations et cultures de Turquie Elie Barnavi Elisabeth Badinter Elisabeth Lévy Emmanuel Todd Eric Conan Eric Dupin Eric Younous Eric Zemmour Étienne-Émile Baulieu Etudiants musulmans de France (EMF) Eugénie Bastié Fabrice Nicolino Farhad Khosrokhavar Farida Belghoul Fatiha Boudjahlat Fawzia Zouari Fayad Ashraf Fazil Say Fédération française du Droit humain (DH) Fédération Humaniste Européenne Femen Femmes contre les intégrismes (FCI) Femmes sans voile d’Aubervilliers Femmes solidaires Fewzi Benhabib Fiammetta Venner Filippos Loïzos Florence Sautereau Fondation Jean Jaurès Fondation pour l’islam de France Forces Laïques Franck Dedieu François Burgat François Fillon François Pupponi Françoise Laborde Fred Zeller Frédérique Calandra Frédérique De La Morena Frères musulmans Gaël Brustier Gauche populaire Georges Bensoussan Georges Gastaud Gérard Biard Gérard Delfau Ghada Hatem Ghaleb Bencheikh Ghazi Béji Gilbert Abergel Gilles Clavreul Gilles Kepel Grand Orient de France (GODF) Grande Loge de France (GLDF) Grande Loge Féminine de France (GLFF) Grande Loge Mixte de France (GLMF) Grande Loge Mixte Universelle (GLMU) Guillaume Erner Guillaume Lecointre Guy Arcizet Guy Georges Guy Konopnicki Guy Lengagne Guylain Chevrier Habib Kazdaghli (faculté de la Manouba) Hamed Abdel-Samad Hamza Kashgari Hani Ramadan Hassan Bounamcha Hassan Iquioussen Hassen Chalghoumi Haut Conseil à l’Egalité femmes hommes (HCE/fh) Haut Conseil à l’intégration (HCI) Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) Henri Caillavet Henri Peña-Ruiz Hervé Le Bras Hind Fraihi Horria Saïhi Hugues Lagrange Iannis Roder Ikhwan Info Ilse Ermen Indigènes de la République, Houria Bouteldja Indivisibles, Rokhaya Diallo Ingrid Riocreux Institut Montaigne Institut national d’études démographiques (Ined) Isabelle Adjani Isabelle de Gaulmyn Isabelle Kersimon Isabelle Lévy islamophobie.org Jabeur Mejri Jack Dion Jack Lang Jacqueline Costa-Lascoux Jacques Julliard Jacques Lafouge Jacques Sapir Jacques Tarnero Jean Baubérot Jean Birnbaum Jean Glavany Jean Zay Jean-Claude Michéa Jean-Claude Pecker Jean-François Chalot Jean-François Kahn Jean-Louis Auduc Jean-Loup Amselle Jean-Luc Mélenchon Jean-Marcel Bouguereau Jean-Michel Blanquer Jean-Michel Quillardet Jean-Noël Jeanneney Jean-Paul Brighelli Jean-Paul Delahaye Jean-Paul Mari Jean-Paul Scot Jean-Pierre Changeux Jean-Pierre Chevènement Jean-Pierre Le Goff Jean-Pierre Mignard Jean-Pierre Sakoun Jeannette Bougrab Joann Sfar Joseph Macé-Scaron Joumana Haddad Jürgen Wertheimer Kamel Daoud Karan Mersch Karim Akouche Khaled Slougui Laetitia Strauch-Bonart LaïcArt, Ahmed Meguini Laïcité d’accord Laïcité-Liberté Laurence Marchand-Taillade Laurence Rossignol Laurent Bouvet Laurent Joffrin Laurent Lafforgue Le Chevalier de La Barre (association) Le Siècle Les Nouvelles News Les Profanes Liberté pour l’Histoire Libre Pensée (FNLP) Libres MarianneS Ligue de l’enseignement Ligue des Droits de l’Homme (LDH) Ligue du Droit International des Femmes (LDIF) Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) Lorànt Deutsch Loubna Abidar Louis Astre Loujain al Hathloul Luc Le Vaillant Luc Rosenzweig Lucien Neuwirth Lunise Marquis Lycée Averroès (Lille) Lydia Guirous Madjid Messaoudene Malek Boutih Malek Chebel Malika Sorel Malka Marcovich Manuel Valls Marc Blondel Marc Cohen Marc Ferro Marc Riglet Marc Trevidic Marcel Gauchet Marcela Iacub Marianne Marie Perret Marie-Danielle Gaffric Marie-Laure Brossier Marika Bret Marlène Schiappa Martin Niemöller Martine Aubry Martine Cerf Martine Gozlan Marwan Muhammad Maryam Namazie Mathieu Bock-Côté Maurice Agulhon Max Gallo Médine Mehdi Meklat Michel Clouscard Michel Houellebecq Michel Maffesoli Michel Onfray Michel Seelig Michèle Tribalat Ministère de l’immigration Mission interministérielle contre les sectes (Miviludes) Mix-Cité Mohamed Arkoun Mohamed Louizi Mohamed Saou Mohamed Sifaoui Mohammed al-Ajami, alias Ibn al-Dhib Mona Eltahawy Mona Ozouf Mouvement contre le racisme et l’amitié entre les peuples (Mrap) Mouvement Europe et Laïcité - Caedel Mouvement pour la Paix et Contre le Terrorisme (MPCT) Mwasi Nacera Guenif Nader Abou Anas Nadia Benmissi Nadia El Fani Nadia Remadna Naser Khader Nasr Abu Zayd Nasrin Sotoudeh Natacha Polony Natalia Baleato Nathalie Heinich Negar Ni Putes Ni Soumises (NPNS) Nicolas Bays Niloy Neel Observatoire de la laïcité Observatoire de la laïcité de Saint-Denis Observatoire de la laïcité du Val-d’Oise Observatoire de la laïcité scolaire de Seine-Maritime (OLS 76) Observatoire des discriminations Observatoire des inégalités Observatoire du communautarisme Observatoire International de la Laïcité contre les Dérives communautaires Odile Saugues Olivier Grenouilleau Olivier Roy Olivier Sauton Opus Dei Organisation du traité de l’Atlantique nord (Otan) Organisation Etat islamique ("Daech") Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) Pape Paprec Parlement Pascal Bruckner Pascal Vesin Pascal-Eric Lalmy Pascale Boistard Patrick Gaubert Patrick Kessel Patrick Weil Paul Thibaud Paul Veyne Paul Yonnet Périco Légasse Philippe Adam Philippe Barbarin Philippe Bilger Philippe Cohen Philippe Dechartre Philippe d’Iribarne Philippe Foussier Philippe Muray Philippe Portier Philippe Verdin Pierre Bergé Pierre Biard Pierre Bourdieu Pierre Brossolette Pierre Desproges Pierre Manent Pierre Nora Pierre-André Taguieff Pinar Selek Planning familial Plantu Politique autrement polony.tv Printemps républicain Prochoix Promouvoir Rachid Abou Houdeyfa, imam de la mosquée de Brest Rachid Benzine Rachid Nekkaz Raef Badaoui Raphaël Liogier Ratzinger (Benoît XVI) Regards de femmes Régis Debray Régis Soubrouillard Renée Fregosi Reporters sans frontières (RSF) République ! Res Publica Respublica Restos du coeur Revue des deux mondes Richard Dawkins Richard Malka Richard Michel Riss Robert Badinter Robert Redeker Robespierre Rony Brauman Sadiq Khan, maire de Londres Saïd Sadi saintdenismaville.com Salman Rushdie Samuel Mayol Samuël Tomei Sauver les lettres Sciences Po Sens commun Sérénade Chafik Shirin Ebadi Shoukria Haidar Sihame Assbague Sihem Habchi Simone Veil Soheib Bencheikh Sonia Mabrouk Sophie Mazet SOS Racisme Soufiane Zitouni Syndicat national des journalistes (SNJ) Syndicat national des lycées et collèges (Snalc) Tahar Ben Jelloun Tareq Oubrou Tariq Ramadan Taslima Nasreen Terra Nova Thierry Tuot Turki al Hamad Union des Familles laïques (Ufal) Union des organisations islamiques de France (UOIF) Union nationale des Associations de défense des Familles et de l’Individu victimes de sectes (Unadfi) Union rationaliste Université libre de Bruxelles (ULB) Valérie Toranian Véronique Corazza Ville et banlieue Vincent Peillon Viv(r)e la République Waleed Al-Husseini Walter Benn Michaels : « La Diversité contre l’égalité » Wassyla Tamzali Wiam Berhouma Yazid Sabeg Yves Michaud Zeev Sternhell Zineb El Rhazoui

Thèmes

Citoyenneté, être français Discriminations Droit, justice Droite Ecole Emmanuel Macron Europe Femmes/hommes François Hollande Gauche Les démolisseurs Liberté de conscience Nicolas Sarkozy Régionalismes Sectes Séparation Voile islamique

Sous-thèmes

"Accomodements raisonnables" "Crimes d’honneur" "Discrimination positive" "Djihad judiciaire" "Identité nationale" "Islamophobie" "Laïcard" Addictions, toxicomanie, alcoolisme Adorateurs de l’Oignon Adultère Alimentation : halal, cantines... Alsace-Moselle Animisme Arbre de la laïcité Armée Athéisme Aumonerie Bahaïsme Bande dessinée Baptême Bibliothèque/médiathèque Blasphème Bouddhisme Caricatures Catharisme Catholicisme Centres de loisirs pour enfants Chanson Charia Charte de la laïcité Chevaliers Jedi Cinéma Circoncision Clientélisme Colonialisme Commémorations Commerce Communautarisme, "multiculturalisme", ethnicisation Commune de Paris Complotisme Coptes Corruption Corse Crèches Crèches de Noël Crucifix Culture Culture : patrimoine Culture générale Décès Déclaration des Droits de l’homme et du citoyen Déclaration universelle des droits de l’homme Délinquance, criminalité Départements Dessin Dessin animé Devise républicaine Discriminations au travail Dons, souscription Drapeau Ecole : charte de la laïcité Ecole : enseignement des langues et cultures d’origine (ELCO) Ecole : mixité Ecole : programmes Ecole : sélection Ecole : uniforme Ecoles privées Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) Eglise de Jésus-Christ des saints des derniers jours (mormons) Eglise orthodoxe Enseignement supérieur Enseigner le "fait religieux" Entreprise privée Entreprise publique Entreprise publique : Air France Entreprise publique : RATP Entreprise publique : SNCF Esclavage Excision, mutilations sexuelles Exposition Extrême droite Fêtes religieuses Finance islamique Fonction publique Français nés hors de France ou de parents nés hors de France... Genre Gens du voyage, roms, tsiganes Géographie Gros Guadeloupe Guyane Hindouisme Histoire Homosexualité Hôpital, santé Imams Immigration Impôts Intégrisme Intelligentsia Islam Journée de la laïcité Judaïsme Kabylie Kippa Kopimisme Kurdes La République des copains ? La Réunion Langue française Langues régionales Latin, grec Les églises et l’argent Libération (1945) Liberté d’expression Lieux de culte Livre Loi de 1905 Lois mémorielles Lumières Mai 68 Mairies Mariage forcé Mariage, divorce Maronites Marseillaise Maternité, contraception, avortement Mayotte Médias Meurtres, violences, menaces physiques Monarchie Morale laïque Mourir dans la dignité Musique Mutins de 1917 Nationalité Nazisme Nouvelle-Calédonie Obsèques, cimetière Opéra Outre-mer Parc aquatique Pastafarisme Pédophilie Peinture Pétition Piscine Poème Police Polygamie Prison Processions, ostensions Prostitution Protestantisme Protestantisme : évangéliques Publicité Quitter une religion, apostasie Racisme anti-asiatique Racisme anti-blanc Radio Ramadan Rappeur Rastafarisme Régions Révolution française (1789) Rituel Rohingyas Roubaix Saint-Denis Salafisme Sarkozy et les sectes Satanistes Science, créationnisme Scientologie Service national Service public Sikhisme Sondages Soufisme Spectacle Sport Statistiques ethniques Syndicats Taoïsme Taqiya (dissimulation) Télé Théâtre Tourcoing Transports publics Végétariens Vêtement : "abaya", robe et jupe longues Vêtement : "burkini" Vichy, Pétain... Voile à la plage Voile au travail Voile intégral (niqab, burqa...) Voilement des enfants Vote, éligibilité Wahhabisme Yézidis Zoroastrisme Zuisme

Evénements

"Hijab Day" à Sciences Po (2016) "Ils ont volé la laïcité", par Patrick Kessel (2012) "Laïque pride" libanaise "Le Rappel à l’ordre" de Daniel Lindenberg (2002) "Les Territoires perdus de la République" (2002) "Printemps arabe" "Une France soumise" (2017) Agressions contre des jeunes juifs à Paris 19e Alain Morvan : un recteur limogé Algérie : baignades groupées des femmes Amina, "femen" tunisienne (2013) Asia Bibi, condamnée à mort pour blasphème (Pakistan) Assasinat d’un prêtre à Saint-Etienne-du-Rouvray (26 juil. 16) Assassinat de policiers à Magnanville (2016) Attentat : 14 juillet 16 (Nice) Attentat : 19 décembre 16 (Berlin) Attentat : 24 mai 14 (musée juif de Bruxelles), Mehdi Nemmouche Attentat à Québec (29 jan. 17) Attentat de Londres (22 mars 17) Attentat de Manchester (22 mai 17) Attentat déjoué près de Notre-Dame de Paris (sept. 16) Attentat du London Bridge (3 juin 17) Attentat du Thalys (21 août 2015) Attentat d’Orlando (Etats-Unis, 12 juin 16) Attentats : 11 sept. 2001 (Etats-Unis d’Amérique) Attentats : 13 nov. 15 (Paris, Saint-Denis) Attentats : 22 mars 16 (Bruxelles) Attentats : janvier 2015 (Paris) Attentats : mars 12 (Toulouse, Montauban), Mohamed Merah Attentats de Copenhague (Danemark, 14 et 15 fév. 15) Beaupréau (Maine-et-Loire) Benzema-Deschamps (2016) Black M à Verdun (2016) Cafés interdits aux femmes (2016) Caricatures de Mahomet Carpentras : la crèche Zola débaptisée Chantal Sébire (2008) Charlie Hebdo : livre posthume de Charb Charlie Hebdo incendié (nov. 11) Charte européenne des langues régionales ou minoritaires Cinéma : "Au nom du fils" (mai 2014) Cinéma : "Bang Gang" (2015) Cinéma : "Des Hommes et des dieux" (2010) Cinéma : "La Boussole d’or" (2007) Cinéma : "La journée de la jupe" Cinéma : "La Vie d’Adèle" (2013) Cinéma : "Persepolis" (2007) Cinéma : "Salafistes" (2015) Cinéma : "Timbuktu" (2014) Cinéma : "Tomboy" (2011) Commission Stasi (2003) Concours eurovision de la chanson Conférence de l’ONU sur le racisme à Durban (2001) Conférences départementales de la liberté religieuse Discours de N. Sarkozy à Dakar le 26 juillet 2007 Dr Bonnemaison (2011) Ecole : accord sur les diplômes entre la France et le Vatican Ecole : aménagement de concours pour une fête juive (2011) Ecole : communes sans école publique Ecole : dérives intégristes dans un lycée catholique Ecole : loi Carle ("forfait communal") : financement par les communes de la scolarisation dans le privé Ecole : réforme des rythmes scolaires Elections 2012 Elections 2017 Elections régionales 2015 Emeutes de 2005 Enlèvement des lycéennes de Chibok (avril 14) Etude Sociovision "Une demande de discrétion religieuse" (nov. 14) Expo : "Dirty Corner" (2015) Expo : "Piss Christ" (av. 11) Forum "République et islam" (Assemblée nationale, 22 juin 15) Frères musulmans à Lille avec l’UOIF (7 fév. 16) Hassi Messaoud : violences contre des femmes (Algérie, 2010) Ilan Halimi enlevé et assassiné (2006) Interdit aux blancs : camp d’été Interdit aux blancs : festival (2017) Jeux olympiques L’Oncle Sam fait son marché La "discrimination positive" dans la Constitution ? Le Qatar en France Le tout-à-l’égout du Cap Nègre Les églises au CES ? Loi "Egalité et citoyenneté" (2016) Loi de 1905 : 110e anniversaire (2015) Loi de 1905 : centenaire Loi de 1905 : inscrire ses principes dans la Constitution Loi Travail (2016) L’ "intersectionnalité" à l’Espé de l’académie de Créteil (mai 17) L’Eglise catholique contre le Telethon L’ONU contre les droits de l’homme ? Malala Yousafzai (Pakistan) Manifestations pro-palestiniennes (juillet 14) Mariage annulé, l’épouse n’était pas vierge Mariage homosexuel (2013) Meeting contre l’"islamophobie" (6 mars 15) Meriam condamnée à mort pour apostasie (Soudan) Meurtre de Sarah Halimi (avril 17) Nuit debout (2016) Opéra : "Idoménée" de Mozart (2006) Pascal Vésin, prêtre et franc-maçon Ploërmel (Morbihan) Prix de la Carpette anglaise Procès de Djemila Benhabib (2016) Profanation du cimetière juif de Sarre-Union (fév. 15) Pub : "La Cène" de Marithé et François Girbaud (2005) Publier (Haute-Savoie) Raïf Badawi : 1000 coups de fouet pour un blogueur Ramadan : "dé-jeûneurs" Ramadan : "non-jeûneurs" en Algérie Rapport "Cohésion républicaine" dit "rapport Dutheil" (PS, 2015) Rapport "Refondation de la politique d’intégration" (2013) Rapport Benbassa-Lecerf (2014) Rapport du Sénat "Les collectivités territoriales et la prévention de la radicalisation" (mars 17) Rapport Institut Montaigne "Un islam français est possible" (sep. 16) Rapport Machelon (2006) Rapport Obin (2004) Rapport Terra Nova "Gauche : quelle majorité électorale ?" (2011) Rapport Terra Nova : "Pour une citoyenneté musulmane" (2011) Rapport Tuot : "Pour une société inclusive" (fév. 13) Rassemblement UOIF au Bourget (mai 16) Ratzinger (Benoît XVI) contre la laïcité Ratzinger (Benoît XVI) en France (sept. 08) Rayhana agressée à Paris Référendum sur le traité constitutionnel européen (TCE), le 29 mai 2005 Robert Redeker menacé de mort Roubaix : conférence de Hani Ramadan (fév. 17) Rues interdites aux femmes à Paris (mai 17) Saint-Denis : censure (27 mai 15) Saint-Denis : menaces, violences, contre un directeur d’IUT (2014) Sakineh (Iran, 2010) Salon de la femme musulmane (Pontoise, 2015) Sarkozy : l’UMP se rebaptise "Les Républicains" Sarkozy à Riyad Sarkozy au Latran (déc. 07) Strauss-Kahn (mai 2011) Théâtre : "Golgota Picnic" (déc. 11) Théâtre : "Sur le concept du visage du fils de Dieu" (oct. 11) Tintin raciste ? Traité transatlantique (Tafta) Turquie : interdiction du parti au pouvoir ? Un prêtre à la présidence de l’université de Strasbourg (2016) Vincent Lambert (2014) Viols à Cologne (31 déc. 15) Voile : accompagnateurs de sorties scolaires Voile à l’école : Creil (1989) Voile dans un gîte : l’affaire Truchelut Voile dans une crèche (Baby-Loup)

Pays

Afghanistan Afrique Afrique du Sud Albanie Algérie Allemagne Arabie Saoudite Argentine Arménie Asie Australie Autriche Bahreïn Bangladesh Belgique Birmanie Brésil Brunei Bulgarie Cameroun Canada Chili Chine Corée du Nord Croatie Cuba Danemark Djibouti Ecosse Egypte Émirats arabes unis Espagne Etats-Unis d’Amérique Ethiopie Finlande Grèce Haïti Honduras Hongrie Inde Indonésie Irak Iran Irlande Islande Israël Italie Jamaïque Japon Jordanie Kenya Kosovo Koweit Liban Libye Luxembourg Madagascar Malaisie Malawi Mali Malte Maroc Mauritanie Mexique Népal Nicaragua Niger Nigeria Norvège Nouvelle-Zélande Pakistan Palestine Pays-Bas Pérou Philippines Pologne Portugal Proche et Moyen-Orient Qatar Québec République tchèque Roumanie Royaume-Uni Russie Rwanda Sénégal Serbie Somalie Soudan Sri-Lanka Suède Suisse Syrie Tadjikistan Taïwan Tchad Tchétchénie Tibet Tunisie Turquie Uruguay Venezuela Vietnam Yémen

Dans la même rubrique

Adhérer au CLR

Comité Laïcité République
Maison des associations, 54 rue Pigalle, 75009 Paris

Tous droits réservés © Comité Laïcité RépubliqueMentions légales