Comité Laïcité République

Revue de presse

"En Arabie saoudite, la mort pour un tweet ?" (Editorial, Le Monde, 14 mars 12)
- Mars 2012

"Hamza Kashgari est éditorialiste au quotidien Al-Bilad. Il dispose comme beaucoup de ses collègues d’un comte Twitter. Le 4 février, il a la malencontreuse idée de s’en servir à l’occasion de l’anniversaire supposé du Prophète. [...]

Ces impertinentes réflexions, celles d’un croyant face à sa foi, déclenchèrent l’ire des chefs religieux. Ils déclarèrent Hamza Kashgari coupable "d’hérésie". Dans l’Arabie saoudite, pays fondamentaliste où la charia est appliquée à la lettre, cela vaut la mort.

Le jeune homme affronta sur Twitter une campagne de haine, le dénonçant comme "mécréant" et lui promettant la décapitation. Hamza Kashgari s’envola pour la Nouvelle-Zélande, avec escale en Malaisie. Mal lui en prit. Les Malaisiens, à la demande de Riyad, l’arrêtent à l’aéroport de Kuala Lumpur pour le remettre, le 12 février, à son pays. Que lui est-il arrivé depuis ? Mystère.

L’affaire témoigne de toutes les ambiguïtés saoudiennes. Le pays est l’allié traditionnel des Etats-Unis dans la région. Il est un membre actif de la coalition qui, au nom des droits de l’homme, défend l’insurrection syrienne. Il a aidé au renversement du dictateur libyen Mouammar Kadhafi. Premier producteur de pétrole du monde, il est l’un des partenaires commerciaux privilégiés de l’Europe et des Etats-Unis.

Il est aussi l’un des pays les plus rétrogrades de la région, l’un de ceux qui piétinent les libertés, l’un de ceux qui répriment leur minorité chiite, au nom d’une version moyenâgeuse de l’islam sunnite.

Riyad a été le fer de lance de l’intervention armée des pays du Golfe pour écraser, l’an passé, la rébellion chiite dans l’Etat voisin de Bahreïn.

Si l’on veut tenir partout le même langage, alors il faut dénoncer aussi fermement le mépris des libertés en Arabie saoudite qu’en Iran ou partout ailleurs dans la région. Cela passe par le devoir de ne pas oublier un jeune homme du nom d’Hamza Kashgari."

Lire "En Arabie saoudite, la mort pour un tweet ?".

Mis en ligne : 16 mars 2012

Autres mots clés

Prix de la laïcité 2013

Le CLR organise chaque année la remise du Prix de la laïcité.
Le Prix international 2013 a été décerné à Jürgen Wertheimer et le Prix national à Jeannette Bougrab.

JPEG - 345.7 ko
Jeannette Bougrab - Prix de la laïcité 2013
JPEG - 282.2 ko
Jürgen Wertheimer - Prix international - Prix de la laïcité 2013
JPEG - 478.5 ko
Patrick Kessel - Mannuel Valls - Anne Hidalgo

Articles de presse

Tous droits réservés © Comité Laïcité République - Maison des associations, 54 rue Pigalle, 75009 Paris Mentions légales